Syrie: Le groupe EI replié dans un camp de fortune
Publié

SyrieLe groupe EI replié dans un camp de fortune

Les forces arabo-kurdes assiègent ce qui reste du groupe Etat Islamique, regroupé dans un campement à l'est de la Syrie.

1 / 150
La défense aérienne syrienne a fait face à des missiles israéliens dans le Sud et le Centre de la Syrie. (Jeudi 5 mars 2020)

La défense aérienne syrienne a fait face à des missiles israéliens dans le Sud et le Centre de la Syrie. (Jeudi 5 mars 2020)

AFP
Les frappes russes ont notamment touché le village de Qaminas, au sud de la ville d'Idleb. (Lundi 24 février 2020)

Les frappes russes ont notamment touché le village de Qaminas, au sud de la ville d'Idleb. (Lundi 24 février 2020)

AFP
Les forces du régime syrien ont pénétré dans la ville stratégique de Saraqeb mercredi, poursuivant leur offensive dans la province d'Idleb. (Mercredi 5 février 2020)

Les forces du régime syrien ont pénétré dans la ville stratégique de Saraqeb mercredi, poursuivant leur offensive dans la province d'Idleb. (Mercredi 5 février 2020)

AFP

Les derniers djihadistes de l'Etat islamique (EI) étaient repliés vendredi dans un campement au bord d'un fleuve dans l'est de la Syrie. Les forces arabo-kurdes, qui les assiègent, s'apprêtent à leur livrer une ultime bataille.

Des milliers d'hommes, femmes et enfants, dont de nombreux blessés et éclopés, ont fui ces derniers jours le village de Baghouz, à la périphérie duquel se trouve le campement, non loin de la frontière avec l'Irak.

Ceux restés sur place refluent vers le campement de fortune installé près de l'Euphrate. Des silhouettes s'activent derrière des pans de murs, dressés pour faire face à l'autre rive du fleuve où les forces du régime syrien ont installé des positions.

Appuyées par la coalition internationale menée par les Etats-Unis, les forces démocratiques syriennes (FDS) attendent la fin des évacuations des civils pour repartir à l'offensive et prendre totalement à l'EI son ultime bastion en Syrie. La conquête signerait la fin du «califat» proclamé il y a près de cinq ans par l'organisation sunniste extrémiste.

6000 djihadistes arrêtés

Vendredi, aucun civil n'est sorti du réduit de l'EI, a déclaré un porte-parole des FDS. Il s'attend à de nouvelles arrivées samedi. Sur le front, «la situation est bloquée, à l'exception de quelques heurts intermittents», a-t-il indiqué.

A proximité, dans le village de Soussa en grande partie détruit par les combats, des combattantes des FDS ont célébré la journée de la femme en dansant autour d'un feu au son de musiques traditionnelles diffusées par des haut-parleurs, ont constaté des journalistes de l'AFP.

S'il est impossible de savoir combien de personnes se trouvent encore à Baghouz, les FDS ont confié avoir été surprises par le nombre qui ont fui. Vendredi, le comité international de secours (IRC) a chiffré à 12'000 le nombre de femmes et d'enfants arrivés dans le camp de déplacés d'al-Hol, sous contrôle kurde, au cours des dernières 48 heures.

Au total depuis décembre, quelque 58'000 personnes, principalement des familles de djihadistes , ont quitté la région de Baghouz, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG proche des rebelles syriens. Parmi elles, plus de 6000 djihadistes ont été arrêtés. (nxp/ats)

Mort en Syrie du fils de Shamima Begum, qui avait rejoint l'EI adolescente

Le bébé de Shamima Begum, une jeune femme née en Grande-Bretagne et qui avait rejoint le groupe Etat islamique (EI) à l'âge de 15 ans, est mort en Syrie, a confirmé vendredi à l'AFP le porte-parole des forces combattant les jihadistes. Shamima Begum, originaire de Londres, avait donné naissance à son troisième enfant dans un camp de réfugiés après avoir fui le dernier réduit de l'EI à Baghouz. Elle avait indiqué qu'elle refuserait qu'il soit séparé d'elle pour être rapatrié tout seul au Royaume-Uni. Ses deux précédents enfants, nés après son départ vers la Syrie, sont décédés de maladie et de malnutrition. Le bébé, lui, aurait péri des suites d'une pneumonie, a avancé le média britannique BBC en évoquant un certificat médical.

(NewsXpress)

Ton opinion