Actualisé

SyrieLe groupe EI soupçonné d'avoir utilisé des gaz

Les djihadistes auraient visé des rebelles, rapportent les médias turcs. L'attaque chimique aurait eu lieu au nord du pays.

1 / 118
Un accord a été conclu «sous la houlette de la Russie et de la Turquie» pour évacuer les civils et les rebelles à Alep. (13 décembre 2016)

Un accord a été conclu «sous la houlette de la Russie et de la Turquie» pour évacuer les civils et les rebelles à Alep. (13 décembre 2016)

AFP
Les rebelles se sont retirés lundi de six nouveaux quartiers importants d'Alep face à l'avancée de l'armée syrienne rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ils ne sont plus que dans une petite poche dans la deuxième ville de Syrie. La prise d'Alep n'est «plus qu'une question de temps», selon l'OSDH. (12 décembre 2016)

Les rebelles se sont retirés lundi de six nouveaux quartiers importants d'Alep face à l'avancée de l'armée syrienne rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ils ne sont plus que dans une petite poche dans la deuxième ville de Syrie. La prise d'Alep n'est «plus qu'une question de temps», selon l'OSDH. (12 décembre 2016)

AFP
Plus de de 10'000 civils ont fui les quartiers rebelles d'Alep depuis minuit en raison des violents bombardements. (Dimanche 11 décembre 2016)

Plus de de 10'000 civils ont fui les quartiers rebelles d'Alep depuis minuit en raison des violents bombardements. (Dimanche 11 décembre 2016)

AFP

Vingt-deux rebelles syriens pro-turcs portent les symptômes d'une attaque aux «gaz chimiques» après avoir été visés par une roquette tirée par des combattants de l'organisation Etat islamique (EI) dans le nord de la Syrie, rapportent des médias turcs. La date de l'attaque n'a pas été précisée.

Selon l'agence de presse Anatolie, qui cite des sources militaires turques, l'attaque s'est produite dans la région d'Haliliye, où les rebelles soutenus par la Turquie assiègent la ville d'Al Bab, contrôlée par l'EI.

«Vingt-deux rebelles présentent les symptômes d'une exposition à des gaz chimiques, aux yeux et sur leur corps, après une attaque à la roquette de Daech», écrit la presse turque reprenant un communiqué de l'armée.

Ces rebelles ont été admis dans un hôpital situé à la frontière turque. Tous souffrent de sévères maux de tête, rapporte le journal turc Hurriyet. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!