Actualisé 23.04.2019 à 14:40

Sri Lanka

Le groupe Etat islamique revendique les attentats

Le Sri Lanka a observé mardi trois minutes de silence après les attentats de Pâques qui ont fait plus de 300 morts. Les attaques ont été commises «en représailles à Christchurch», selon l'enquête.

Le groupe Etat islamique affirme être le commanditaire des attentats ayant frappé le Sri Lanka dimanche, tuant 320 personnes, dont 45 enfants et adolescents. Dimanche, quatre hôtels et trois églises, en pleine messe de Pâques, ont été visés.

Selon le ministre de la Défense du Sri Lanka, les attentats ont été commis «en représailles» aux tueries dans les mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande.

Les premiers éléments de l'enquête sur les attentats qui ont fait plus de 300 morts au Sri Lanka, notamment dans des églises, montrent qu'ils ont été commis en représailles au carnage des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande, a déclaré mardi le vice-ministre srilankais de la Défense.

«Les investigations préliminaires ont révélé que ce qui s'était passé au Sri Lanka avait été commis en représailles à l'attaque contre les musulmans de Christchurch», a déclaré devant le Parlement Ruwan Wijewardene, en référence à l'attaque qui a fait 50 morts le 15 mars dans deux mosquées de la grande ville du sud de la Nouvelle-Zélande.

Selon les premiers éléments de l'enquête, le groupe local National Thowheeth Jama'ath (NTJ) accusé par les autorités d'être derrière les attentats était lié à un groupe islamiste radical peu connu en Inde, a dit M. Wijewardene.

Aide internationale

«Il a maintenant été révélé que ce groupe National Thowheeth Jama'ath qui a commis les attentats avait des liens étroits avec le JMI», a-t-il déclaré, faisant apparemment référence à un groupe connu comme le Jamaat-ul-Mujahideen India.

Selon des informations de presse, le JMI a été créé l'an dernier et est affilié à un groupe du même nom au Bangladesh. Le ministre a ajouté que le Sri Lanka bénéficiait d'aide internationale pour l'enquête, sans autre précision.

Les autorités ont interpellé à ce stade 40 personnes dans l'enquête sur ces attaques attribuées à un mouvement islamiste local, le National Thowheeth Jama'ath (NTJ). Le précédent bilan humain était de 290 morts, le nombre des blessés reste autour de 500.

Trois minutes de silence

Le Sri Lanka a observé mardi matin trois minutes de silence en hommage aux victimes des kamikazes qui ont frappé des hôtels de luxe et des églises célébrant la messe de Pâques en plusieurs points de l'île d'Asie du Sud. Le gouvernement a décrété ce jour comme journée de deuil national.

Les drapeaux ont été mis en berne et les gens se sont inclinés en signe de respect à partir de 08h30 (05h00 en Suisse), l'heure de la première des attaques commises le jour de Pâques. Les magasins vendant de l'alcool sont fermés, et les radios et télévisions devaient adapter leur programmation musicale.

A l'église Saint-Antoine de Colombo, théâtre du premier attentat suicide dimanche matin, des dizaines de personnes ont prié en silence, des bougies à la main, certains retenant à grand peine leurs larmes. A l'issue des trois minutes de silence, la foule a entamé une prière à voix haute. (nxp/afp)

(NewsXpress)
Trouvé des erreurs?Dites-nous où!