Actualisé 26.06.2008 à 08:53

Le groupe Valiant a peu profité de la crise du crédit

Valiant a jusqu'ici peu profité de la crise du crédit, qui a vu la clientèle se détourner des grandes banques: le premier établissement régional de Suisse a vu affluer «quelques centaines de millions de francs» dans la gestion de fortune.

Selon le patron de Valiant, qui s'exprimait jeudi dans les colonnes de la «Berner Zeitung», les banques cantonales ont été les premières bénéficiaires de cette crise qui a écorné l'image des grands établissements. «De fait, la garantie de l'Etat a recommencé à jouer un rôle», a estimé Kurt Streit.

Conséquence de la crise financière, les marges sont devenues plus serrées dans les affaires sur taux d'intérêt, coeur d'activité de Valiant. Une diminution due au fait que le refinancement est devenu plus cher, a ajouté M. Streit.

Cette crise, qui devrait être surmontée d'ici une à deux années selon lui, lui cause toutefois moins de soucis que les soupçons de fraude fiscale qui pèsent sur l'UBS aux Etats-Unis. Si l'affaire en venait à ébranler le secret bancaire et la place financière suisse, les répercussions seraient sensibles.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!