Service civil: Le GSsA dénonce le durcissement
Actualisé

Service civilLe GSsA dénonce le durcissement

En durcissant l'accès au service civil, le Conseil fédéral fait marche arrière, dénonce le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA).

Les conditions d'accès au service civil vont être encore un peu durcies. Dès le printemps 2011, un entretien sera réintroduit pour les candidats qui servent sous les drapeaux. Du côté des partisans du serrage de vis, on estime que les mesures vont dans le bon sens.

Alors qu'il avait demandé au Conseil fédéral d'intervenir pour freiner l'affluence des demandes d'admission au service civil, le conseiller national Christian Miesch (UDC/BL) se dit satisfait des mesures prises vendredi par le gouvernement. Il reviendra à la charge si le nombre de demandes ne baisse pas l'année prochaine, a-t- il dit à l'ATS.

Pour le GSsA au contraire le Conseil fédéral revient clairement en arrière. Peu après l'abandon de l'examen de conscience, les jeunes qui ont envie de se rendre utiles se verront à nouveau entraver, écrit-il dans un communiqué. «L'armée n'a pas besoin de tous ces jeunes mais le Conseil fédéral veut maintenir une armée de masse».

Il dénonce en particulier l'introduction d'un entretien pour les personnes qui souhaitent effectuer du service civil à la place de l'armée. Celui-ci aura lieu dans les centres de recrutement de Lausanne, Sumiswald (BE) et Monte Ceneri (TI) et sera donc mené par du personnel militaire, affirme le GSsA.

«Ainsi c'est l'armée qui décidera s'il y a des motifs de conscience», dénonce-t-il. Contacté, le porte-parole du Département fédéral de la défense Martin Bühler réfute et précise qu'il s'agira «soit de civils, soit de membres de l'armée de milice en uniforme comme des médecins ou des aumôniers».

Mais pour le GSsA la chose est entendue: comme à l'époque de l'examen de conscience, ceux qui s'expriment moins bien seront discriminés. Il critique également le fait que les civilistes devront faire une longue affectation dans les trois premières années, ce qui est très difficile pour de nombreux jeunes qui travaillent ou étudient. (ats)

Ton opinion