Le gymnase plus fort que l'apprentissage
Actualisé

Le gymnase plus fort que l'apprentissage

De plus en plus de jeunes sortant de l'école choisissent d'aller au gymnase. Les apprentissages n'ont-ils plus la cote?

«La société d'aujourd'hui pousse les jeunes à être de plus en plus formés, et leur volonté de s'instruire est de plus en plus grande», explique Isabel Taher-Sellès, directrice de l'Office cantonal d'orientation scolaire et professionnelle de l'Etat de Vaud.

En 2005, 44,5% des jeunes ont choisi de poursuivre leur scolarité au gymnase. En 1978, ils n'étaient que 26,7%. Corollaire de cette forte augmentation: les formations professionnelles n'ont cessé de perdre du terrain. C'est ce que montre une étude du Service cantonal de recherche et d'information statistiques (SCRIS), qui vient de paraître (nos éditions de vendredi dernier).

Il faut toutefois nuancer ces chiffres. Un nombre croissant de jeunes sortant de l'école se tournent en effet vers des solutions de transition pour se perfectionner et commencer ensuite une formation professionnelle. Le SCRIS estime donc à environ 40% la part des jeunes qui choisissent cette voie après l'école.

«A la sortie de la scolarité, il est souvent difficile de faire un choix, de se décider pour un métier. Beaucoup de jeunes préfèrent donc se donner encore du temps pour y réfléchir en poursuivant des études, explique Isabel Taher-Sellès. Les règlements d'apprentissage ainsi que les démarches pour en trouver un sont également devenus plus complexes.» De quoi, peut-être, en décourager certains et les pousser à aller au gymnase.

Cédric Alber

Ton opinion