Virus WannaCry: Le héros qui a stoppé la méga cyberattaque arrêté

Actualisé

Virus WannaCryLe héros qui a stoppé la méga cyberattaque arrêté

Marcus Hutchins, expert britannique en cybersécurité, est sous le coup d'une inculpation pour la création de logiciels destinés à attaquer les banques.

1 / 10
Des hôpitaux britanniques au constructeur français Renault, en passant par des ministères russes ou la compagnie ferroviaire publique allemande, des dizaines d'entreprises et d'organisations à travers le monde ont été touchées par l'attaque informatique massive.

Des hôpitaux britanniques au constructeur français Renault, en passant par des ministères russes ou la compagnie ferroviaire publique allemande, des dizaines d'entreprises et d'organisations à travers le monde ont été touchées par l'attaque informatique massive.

Le NHS: Le service public de santé britannique (NHS), cinquième employeur du monde avec 1,7 millions de salariés, a été visé. Environ 45 établissements ont été touchés, selon la ministre britannique de l'Intérieur Amber Rudd.

Le NHS: Le service public de santé britannique (NHS), cinquième employeur du monde avec 1,7 millions de salariés, a été visé. Environ 45 établissements ont été touchés, selon la ministre britannique de l'Intérieur Amber Rudd.

epa/Andy Rain
Plusieurs d'entre eux ont été obligés d'annuler ou de reporter des interventions médicales. Mme Rudd a cependant assuré qu'il n'y a «pas eu d'accès malveillant aux données de patients».

Plusieurs d'entre eux ont été obligés d'annuler ou de reporter des interventions médicales. Mme Rudd a cependant assuré qu'il n'y a «pas eu d'accès malveillant aux données de patients».

AFP/Daniel Leal-olivas

Marcus Hutchins, connu sous le nom de «Malwaretech», a été arrêté mercredi à Las Vegas où se déroulait le grand rassemblement de pirates informatiques Def Con, a indiqué le ministère américain de la Justice. L'acte d'inculpation daté du 12 juillet était jusqu'ici sous scellé.

Cet expert britannique en cybersécurité avait été salué comme un héros en mai dernier pour avoir trouvé une faille dans le code du virus «rançongiciel» WannaCry qui permettait de bloquer sa propagation.

Marcus Hutchins est accusé, avec d'autres individus, d'avoir fabriqué et distribué le logiciel Kronos, conçu pour voler des informations liées aux transactions bancaires en ligne. Kronos a été configuré pour viser notamment les systèmes bancaires au Royaume-Uni, Canada, Allemagne, Pologne et France, selon les autorités judiciaires américaines. Selon l'acte d'accusation, M. Hutchins distribuait ce logiciel de piratage sur l'internet clandestin ou «dark web».

La Suisse prête pour une cyberattaque

le chef de l'Armée suisse Philippe Rebord évoque la capacité de la Suisse de mener une cyberattaque. Il manquerait seulement la base légale pour mener ce genre d'attaque.

Préoccupés

Des avocats pour l'organisation de défense des droits sur internet, Electronic Frontier Foundation (EFF), basée à San Francisco, ont indiqué chercher à entrer en contact avec M. Hutchins. «L'EFF est profondément préoccupée par l'arrestation de Marcus Hutchins, un expert en sécurité connu pour avoir stoppé le 'ransomware' WannaCry», a dit l'organisation dans un communiqué.

Que faire contre les cyberattaques?

Depuis vendredi, des centaines de milliers d'ordinateurs ont été victimes d'une cyberattaque dans le monde. Mais comment se défendre contre une telle action criminelle? Et pourquoi la Suisse a-t-elle été moins visée que d'autres pays pour l'instant? Les explications de l'expert en informatique bâlois Matthias Zehnder.

L'ambassade britannique à Washington a indiqué «être en contact avec les autorités locales à Las Vegas suite aux informations sur l'arrestation d'un ressortissant britannique».

Andrew Mabbitt, un autre expert en cybersécurité qui était avec M. Hutchins à Las Vegas, a dit ne pas croire aux accusations qui pèsent contre lui. «Il a passé sa carrière à lutter contre les malwares, pas à les créer», a-t-il écrit sur Twitter.

En mai, la cyberattaque de «WannaCry» avait bloqué plus de 200'000 ordinateurs dans 150 pays, se répandant essentiellement par le biais de messages malveillants, et affecté des usines, des hôpitaux, des commerces et des écoles du monde entier. (ats)

Ton opinion