Vaud: Le hockey lausannois forcé de se bricoler une arène

Actualisé

VaudLe hockey lausannois forcé de se bricoler une arène

Trop serré, le calendrier des travaux de la nouvelle patinoire ne pourra être tenu qu'en construisant une enceinte provisoire pour le LHC.

par
Francesco Brienza
Le calendrier du chantier est très serré en raison de la tenue à Lausanne des Jeux olympiques de la jeunesse en 2020.

Le calendrier du chantier est très serré en raison de la tenue à Lausanne des Jeux olympiques de la jeunesse en 2020.

Kein Anbieter/pont12

Gros chamboulement en perspective pour les amoureux du hockey sur glace vaudois. L'actuelle patinoire de Malley, domicile du Lausanne Hockey Club (LHC), va très certainement fermer ses portes bien plus tôt que prévu. La faute à l'étroitesse du calendrier de chantier de la future enceinte voisine, qui doit impérativement être achevée d'ici à l'été 2019, soit un an avant les Jeux olympiques de la Jeunesse.

Projet irréalisable sans un important surcoût

Initialement, le «chaudron» devait continuer d'accueillir les matches du club de la capitale vaudoise durant toute la période des travaux, moyennant le redimensionnement de l'un de ses virages. «C'est ce qui avait été avancé, reconnaît Jean-Jacques Schilt, président du conseil d'administration du Centre intercommunal de glace de Malley (CIGM). On croyait que cela serait possible. Mais depuis septembre, nous avons entamé une réflexion sur la faisabilité réelle de cette idée.» Verdict: elle était en fait irréalisable, à moins d'engager un important surcoût et de se poser d'inévitables questions de sécurité.

Manque à gagner pour le club?

Le LHC devra donc vraisemblablement faire ses adieux au Malley «historique» après l'exercice 2016/2017. Et intégrer pour deux saisons une structure provisoire tubulaire dont le lieu reste à définir, histoire de laisser la voie complètement libre au chantier. «Nous avons procédé par élimination, précise Jean-Jacques Schilt. Les délais sont tellement courts! Des discussions sont encore en cours, mais la solution arrêtée sera la plus satisfaisante possible pour tout le monde.»

Reste à déterminer le manque à gagner commercial pour le LHC, induit par le fait de devoir évoluer hors de ses murs. «La capacité de la patinoire provisoire n'est pas arrêtée, reprend le président du CIGM. Toutes les options sont encore ouvertes.» Contacté, le directeur général du club lausannois Sacha Weibel n'a pas souhaité polémiquer. «Rien n'est décidé, indique-t-il. Nous discuterons quand une décision officielle sera prise.»

Ton opinion