Actualisé

Etats-UnisLe home cinéma de luxe débarque

Une firme de San Diego propose un nouveau service pour les fans de cinéma... plutôt fortunés, aux Etats-Unis.

par
Loïc Pialat
Los Angeles

Une salle de cinéma chez soi, c'est bien. Une salle de cinéma chez soi pour voir un film le jour de sa sortie au cinéma, c'est mieux. Ceux qui ont les moyens de s'offrir une telle installation à domicile (200'000 dollars minimum) ne sont plus à quelques dizaines de milliers de dollars près.

D'où l'idée de Jason Pang, fondateur de Prima. Il propose à cette clientèle très privilégiée un dispositif numérique assurant la projection privée des dernières nouveautés de Hollywood. Coût du système doté d'un lecteur d'empreintes digitales contre la piraterie: 35'000 dollars l'équipement, plus 500 dollars (600 pour de la 3D) par séance. Des tarifs très, très éloignés du cinéma à la demande traditionnelle. Comme Pang l'explique au Hollywood Reporter: «On ne parle pas de Netflix. On parle d'un événement. Prima est au cinéma ce que les jets privés sont à l'aviation».

Basée près de San Diego (Californie), la société a démarré son activité en janvier. Seth McFarlane, créateur de Family Guy et présentateur des derniers Oscars, se serait déjà équipé. Mille clients sont espérés d'ici la fin de l'année. Le tout sans publicité, le produit s'adressant à un groupe très exclusif de millionnaires à New York, en Floride et en Californie. Tellement exclusif que les exploitants ne semblent pas s'inquiéter de cette concurrence très particulière.

Pour le moment, le système ne propose que des films Universal (par ailleurs actionnaire) et de quelques studios indépendants. Pas certain que les autres majors se laissent convaincre. Interrogé par le Los Angeles Times, Peter Guber, l'ancien patron de Sony Pictures, critique un «mauvais investissement qui sera peu suivi».

France USA Media

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!