Le jet d'eau de Genève va-t-il se mettre à vaciller?
Actualisé

Le jet d'eau de Genève va-t-il se mettre à vaciller?

GENEVE – Après avoir fait trembler Bâle à trois reprises, un projet d'énergie géothermique pourrait bien voir le jour à Genève.

A l'heure où les débats politiques sur la création d'une nouvelle centrale nucléaire font rage, le projet de la centrale géothermique de Bâle, chapeauté par Geopower SA, attend le feu vert du gouvernement pour reprendre son activité. Il s'agit de produire de l'énergie en injectant de l'eau dans les roches chaudes à grande profondeur. Toutefois, à la suite de travaux de stimulation, trois tremblements de terre se sont produits en quelques semaines. Ils n'ont pas provoqués de gros dégâts mais la population locale est suffisamment inquiète pour que le projet soit suspendu.

La Société suisse de géothermie est d'avis que ce nouveau type de production de chaleur recèle un énorme potentiel pour l'approvionnement en énergie. Il ne produit pas d'émissions de CO2, ne génère pas de déchets et est disponible en tout temps. Le gouvernement bâlois estime qu'avant tout il faut évaluer les risques de façon approfondie.

Un tel projet est aussi prévu à Genève d'ici à 2015. Olivier Ouzilou, directeur du Service cantonal de l'énergie, affirme que les conditions, notamment un socle granitique, sont favorables. A la suite de l'expérience de Bâle, le choix du site, de la technologie et de l'exploitation sont toutefois remis en question. «Le risque de tremblement de terre est réel, mais les conditions géologiques sont différentes de celles de Bâle.» Le coût du projet s'élèverait à quelque 100 millions de francs.

Elisabeth Foster

Ton opinion