Le jeu sudoku est entré dans sa phase industrielle
Actualisé

Le jeu sudoku est entré dans sa phase industrielle

La vague sudoku est retombée. Le jeu serait-il sur le déclin? Non. Il s'établit.

Eté 2005, la folie sudoku déferlait sur l'Europe. Début 2005, le quotidien anglais The Times introduit ce jeu dans ses colonnes et, selon la rumeur, augmente ses ventes de 5%. L'engouement pour le sudoku est planétaire.

Aujourd'hui, plus de 400 journaux dans le monde publient cette grille de chiffres qui n'admet qu'une seule solution. On la trouve en jeux vidéo, sur téléphone portable. En France, 130 titres de sudoku apparus en un an affichent des ventes en kiosques à plus de 1,5 million d'exemplaires par mois.

La presse romande adopte le sudoku dans le sillage du Temps et du Matin. Lancé en août 2005, un mensuel sudoku s'arrache à 45 000 exemplaires. Depuis, le tirage a chuté à 20 000 exemplaires.

Le sudoku serait-il sur le déclin? «La vague de découverte est finie, le jeu est entré dans une phase industrielle, comme les mots croisés», analyse le journaliste Thierry Godel, auteur de L'essentiel du sudoku, aux éditions Favre.

Inventé en 1782 par le mathématicien suisse Léonard Euler, le sudoku est relancé aux Etats-Unis, avant d'être repris au Japon pendant les années 1980.

C'est un juge néo-zélandais à la retraite, Wayne Gould, qui en fait une marotte mondiale. «Son idée de génie, c'est d'en avoir offert gratuitement la publication aux journaux en échange d'un simple renvoi sur le site www.sudoku.com, où il vend son logiciel qui génère des grilles en masse pour près de 15 dollars (18 fr.)», confie Thierry Godel.

Giuseppe Melillo

Ton opinion