Attentat manqué du vol 253: Le jeune inculpé avait radicalement changé
Actualisé

Attentat manqué du vol 253Le jeune inculpé avait radicalement changé

La famille d'Umar Farouk Abdulmutallab, le Nigérian inculpé samedi pour tentative de destruction d'avion après l'attentat manqué contre un vol Amsterdam-Détroit de la Northwest Airlines, a déclaré lundi avoir tenté de prévenir les services de sécurité nigérians et étrangères après sa disparition lors d'études à l'étranger.

Dans un communiqué diffusé lundi, sa famille explique qu'après sa «disparition et l'arrêt de toute communications lors d'études à l'étranger», son père a alerté il y a deux mois avec les services de sécurité nigérians. Il a également pris contact avec des agences de sécurité étrangères pour qu'elles apportent «leur aide et le ramènent chez lui».

La famille explique qu'elle «attendait des nouvelles de l'enquête quand elle a appris l'information choquante de ce jour» de l'attentat manqué.

Parallèlement, le chef de l'Autorité de l'aviation civile du Nigeria Harold Demuren a déclaré lundi que Umar Farouk Abdulmutallab a acheté son billet en liquide à Accra, au Ghana, huit jours avant le vol, dans un bureau de la KLM. Demuren a précisé que le terroriste présumé avait payé son billet 2831 dollars (1966 euros) pour un aller-retour Lagos-Détroit via Amsterdam le 16 décembre dernier.

Par contre, il a refusé d'évoquer les voyages effectués avant le voyage le 24 décembre, expliquant que le FBI et les responsables nigérians jugent l'information comme «sensible».

Comportement troublant

Le jeune Nigérian inculpé aux Etats-Unis avait changé de comportement «très récemment», a par ailleurs indiqué sa famille. «La disparition et l'interruption des communications, qui avaient conduit sa mère et son père à alerter les agences de sécurité, ne correspondent pas du tout à sa personnalité et sont des développements très récents», affirme la famille Abdulmutallab, plus connue au Nigeria sous le nom de Mutallab.

Depuis son enfance, Umar Farouk Abdulmutallab, «qui avait reçu le meilleur suivi parental qui soit, n'avait jamais fait preuve d'une attitude, d'un comportement ou d'une relation qui suscite l'inquiétude», poursuit la famille.

«La famille va continuer à coopérer pleinement avec les agences de sécurité locales et internationales dans cette enquête», assure-t-elle, et «remercie Dieu (...) qu'aucune vie n'ait été perdue dans l'incident».

Umar Farouk Abdulmutallab, fils d'un riche banquier et ancien ministre issu du nord du Nigeria, a tenté vendredi de détoner un explosif dans un avion parti d'Amsterdam, peu avant son atterrissage à Detroit.

(ap)

Pays sous le choc

La tentative d'un jeune Nigérian de faire exploser un avion de ligne américain constitue «un défi» de plus pour le Nigeria, a estimé le vice-président nigérian Goodluck Jonathan, estimant que cela va «entraîner un harcèlement» d'autres Nigérians «souhaitant voyager».

«Le vice-président a déploré l'incident au cours duquel un Nigérian aurait tenté de faire exploser un avion américain, le décrivant comme un nouveau défi pour les Nigérians et le gouvernement», selon un communiqué de la vice-présidence.

Umar Farouk Abdulmutallab, 23 ans, fils d'un riche banquier du nord du Nigeria, a tenté vendredi de détoner un explosif dans un avion parti d'Amsterdam, peu avant son atterrissage à Detroit.

«Cela va entraîner un harcèlement et une surveillance inutile d'autres Nigérians qui souhaitent voyager en dehors du pays», a regretté M. Jonathan lors d'un service religieux, cité dans le communiqué.

Cette affaire surgit alors que le président nigérian, Umaru Yar'Adua est hospitalisé depuis le 23 novembre à Djeddah pour une affection au coeur.

«En tant que nation que Dieu aime (...) nous allons surmonter tous les défis auxquels fera face notre nation dans l'année à venir», a assuré le vice-président Jonathan.

Ton opinion