Tessin: Le job de rêve cache un pervers en puissance

Actualisé

TessinLe job de rêve cache un pervers en puissance

Une annonce sur Facebook promet à des jeunes Tessinoises un emploi de photo-modèle plus que bien payé. Mais le contrat contient une clause bien spécifique.

par
dmz

Faire des photos et être grassement payée pour cela. Le rêve de nombreuses jeunes femmes semble pouvoir se réaliser au Tessin, si on en croit une annonce qu'on peut trouver sur Facebook depuis quelques jours. Le salaire mensuel en ferait rêver plus d'un: 9000 francs. Mais en réalité, les modèles ne font pas que poser. Une clause les oblige à coucher régulièrement avec le photographe qui les emploie, révèle lundi tio.ch. Laura, 27 ans, a répondu à cette offre d'emploi. Elle a décidé de témoigner «parce qu'elle ne veut pas qu'une fille plus naïve qu'elle tombe dans le piège.»

Il ne parle pas beaucoup de travail

L'employeur, un certain Dan Stephan Busson, dit vivre à Zurich et avoir son entreprise à Lugano. Il serait marié et aurait des enfants. «Il m'a tout de suite expliqué que sa femme assisterait à nos ébats», raconte Laura. Depuis l'«entretien d'embauche», le photographe écrit régulièrement à la jeune femme. «Il prétend travailler pour de gros clients. Mais il parle peu de travail et beaucoup de sexe», poursuit-elle. Sur demande de nos collègues, Laura demande à avoir plus d'informations sur les contrats. Presque rien ne fuite. Mais les messages sont toujours plus osés.

Puis, devant les journalistes tessinois, Dan appelle Laura. Il fait référence à un shooting qui doit se faire avec une entreprise milanaise. «Mais à ce moment, il ne faudra pas mentionner nos extras. Nous ne parlerons que de travail», précise Dan, qui conclut la conversation en invitant Laura à un repas le soir-même, qui devra se terminer au lit. Toujours sur demande du journaliste, la jeune femme demande à obtenir un rendez-vous plutôt dans la semaine qui précède la signature du contrat. S'il se montre d'abord disponible, le photographe finit par raccrocher. Il ne donnera plus signe de vie.

Mesdemoiselles, attention!

Interrogée, Petra Peter, cheffe de l'agence du même nom chargée de recruter des mannequins photo, place ce Dan parmi les nombreux arnaqueurs qui sévissent sur le web. «Malheureusement, ce cas n'est pas isolé. Les réseaux sociaux sont une jungle, il y a des gens qui jouent avec les rêves des autres et qui savent toucher la corde sensible», déplore-t-elle.

Elle conseille aux jeunes femmes de toujours essayer de s'assurer de la véracité des annonces: «Pour un premier emploi, les sommes proposées ne sont jamais énormes. Sauf si une grosse campagne est en préparation. Et cela, on en trouve des traces sur internet!» Par ailleurs, elle s'inquiète de ces propositions à caractère sexuel. «Le respect des modèles doit être la priorité. Souvent, on trouve des situations ambiguës, mais les filles doivent apprendre à se protéger et à distinguer les gens sérieux de ceux qui ne cherchent que du sexe.» On ne sait pas si d'autres femmes ont répondu à l'annonce et si elles ont accepté les conditions formulées par le photographe.

Ton opinion