Football: Le jour où Steven Gerrard a craqué
Actualisé

FootballLe jour où Steven Gerrard a craqué

Le capitaine emblématique de Liverpool sera de retour à Saint-Jacques, mercredi soir, en Champions League. Face au FC Bâle, l'Anglais a une revanche à prendre.

par
Grégory Beaud
Le demi ne garde pas un bon souvenir du stade rhénan.

Le demi ne garde pas un bon souvenir du stade rhénan.

Le 12 novembre 2002 reste gravé tant dans la mémoire des Bâlois que dans celle de Steven Gerrard. Ce jour-là, les Rhénans avaient réalisé l'un des exploits les plus retentissants de leur histoire en éliminant les Reds; le Britannique, lui, avait vécu une soirée chaotique. Bouleversé par le divorce de ses parents, il n'avait été que l'ombre de lui-même. L'entraîneur d'alors, Gérard Houiller, l'avait sorti à la mi-temps et sur le score de 3-0 pour Bâle. «J'avais mérité d'être remplacé», a-t-il reconnu en septembre 2010 avant de fouler de nouveau la pelouse de Saint-Jacques, cette fois avec le maillot de l'Angleterre.

Pour lui, cette mésaventure est plus qu'une anecdote. «Quand mes coéquipiers repartaient pour la 2e mi-temps, menés 3-0, moi, j'étais assis tout seul dans le vestiaire, sorti de l'un de mes premiers matches de Champions League. C'était l'un de mes creux les plus mémorables.»

«Mes ennuis personnels étaient une excuse, mais j'étais simplement catastrophique», s'est-il souvenu. Sévère avec lui-même, Steven Gerrard a parlé de l'un de ses pires matches. L'électrochoc du Parc Saint-Jacques l'avait fait réfléchir, à l'époque: «Depuis cette expérience, j'ai appris à surmonter mes baisses de forme.» D'ailleurs, le natif de Whiston n'a plus subi pareil affront en 69 matches de Champions League.

Ce soir, Steven Gerrard n'aura pas d'excuse à faire valoir. Il est en forme. Il l'a encore prouvé ce week-end en championnat: il a inscrit le seul but de Liverpool dans le derby de la Mersey, contre Everton. Nul doute qu'entre l'élimination concédée par les Reds en 2002 et ses démons personnels, le milieu de terrain voudra effacer de sa mémoire pour de bon la funeste soirée d'il y a 12 ans. A Bâle, il disputera sa 83e rencontre de Champions Lea­gue. Toujours avec le Liver Bird sur le cœur.

Twitter, @GregBeaud

«Un scénario digne de Hitchcock»

Pascal Zuberbühler, vous étiez le gardien de Bâle en 2002, quel souvenir en gardez-vous?

Pascal Zuberbühler, vous étiez le gardien de Bâle en 2002, quel souvenir en gardez-vous?

C'était un grand, un très grand moment, même. C'était un scénario digne de Hitchcock. A cette époque, Bâle était encore le petit club suisse. Se qualifier pour la Champions League était déjà un immense exploit. Atteindre les 8es de finale en éliminant Liverpool a fait passer le foot suisse dans une autre dimension.

Croyez-vous à un exploit du FCB contre les Reds?

Après la défaite 5-1 à Madrid, il faudra une réaction. Peu importe le nom de l'adversaire.

Liverpool na pas forcément bien commencé en championnat d'Angleterre, alors pourquoi pas? Une chose est sûre, chaque joueur devra en faire plus qu'en championnat. Sinon ce sera impossible.

Vous verra-t-on au stade?

Non, je serai devant ma TV.

Ton opinion