Actualisé 31.05.2006 à 19:24

Le label Christie's dope les ventes des maisons de luxe

Christie's Great Estates, bras immobilier de la célèbre maison de vente aux enchères, transforme en or tout ce qu'il touche.

Claude Atallah, directeur des ventes résidentielles de la Société privée de gérance (SPG), à Genève, ne peut que se féliciter d'avoir été sélectionné l'an dernier parmi dix concurrents pour devenir l'antenne suisse de la célèbre maison aux enchères créée en 1766. En six mois d'activité, l'effet de la marque Christie's est déjà mesurable.

Grâce à ce label, les affaires du département luxe de la SPG ont augmenté de 30 à 35%. «Nos affaires profitent du réseau international de la maison Christie's, 670 bureaux dans 20 pays: nous avons pu vendre un chalet de 7,5 millions de francs grâce à un client envoyé par la filiale parisienne», confie-t-il.

Contrairement à Sotheby's, chez Christie's les synergies entre le département objets d'art et immobilier se font dans les deux sens. Lorsqu'un millionnaire fait évaluer ses collections d'art, il propose à Christie's Auction de vendre également son château à 20 millions de francs.

Mais la SPG a aussi défini son département luxe comme une marque. Un concours opposant une dizaine d'agences de pub a débouché sur la création du nom «Finest Properties» et d'une identité graphique. Le choix des demeures repose sur des critères stricts: charme, qualité et rareté.

Leur prix de 2 à 50 millions de francs s'adresse à une clientèle aisée, souvent étrangère, qui apprécie la confidentialité. Ce marché pourrait se développer fortement avec l'abrogation de la lex Kohler.

Giuseppe Melillo

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!