Actualisé 17.10.2018 à 21:41

VaudLe lac de Bret risque la panne sèche dans un mois

La sécheresse générale n'épargne pas un réservoir important qui alimente plusieurs communes, dont Lausanne.

de
Frédéric Nejad Toulami
1 / 8
Le rivage asséché du lac de Bret (Vaud), sur la commune de Puidoux.

Le rivage asséché du lac de Bret (Vaud), sur la commune de Puidoux.

Fred Nejad
Autre image du Lac de Bret (VD)

Autre image du Lac de Bret (VD)

Lecteur reporter/Yox
Sur la partie nord du lac, une vaste étendue est à sec.

Sur la partie nord du lac, une vaste étendue est à sec.

Fred Nejad

Prisé des pique-niqueurs et des pêcheurs de poissons ou d'écrevisses, le lac de Bret offre depuis des semaines un panorama insolite. L'absence prolongée de pluie liée à l'évaporation du lac ont pour conséquence une baisse de 5 m 60 de son niveau habituel. Mardi, des promeneurs avec leurs enfants arpentaient les lieux asséchés, parsemés de coquilles de moules.

Mais ce lac n'est pas qu'un lieu de promenade. Propriété de la Ville de Lausanne, bien que situé sur la commune de Puidoux, il est l'un des principaux réservoirs d'eau de plus de 20 collectivités publiques. Et notamment de la capitale vaudoise, qui y exploite une usine de pompage. Chef du service de l'eau à Lausanne, Sébastien Apothéloz explique que le niveau actuel est certes très bas, mais pas encore alarmant: «Nous avons un peu de marge, jusqu'à - 7 mètres, donc nous pouvons tenir encore ainsi durant un mois, explique-t-il. Mais notre usine de pompage tourne au ralenti depuis cet été, au tiers de sa capacité.»

Lausanne a restreint sa consommation d'eau du lac de Bret et compense avec le pompage dans le Léman, afin de permettre aux autres petites communes de la région de continuer à s'y approvisionner. «Mais s'il ne pleut pas abondamment ces prochaines quatre semaines, il va falloir s'interroger...», soupire Sébastien Apothéloz.

Des dangers dus à la vase par endroit

A la pointe nord du lac de Bret, la plate étendue à sec est spectaculaire. Craquelée par endroits en raison de l'aridité, elle devient soudain traître. On s'enlise dans de la vase jusque sous les genoux. Mais aucun panneau ne met en garde du danger. «C'est aux parents d'être prudents, déclare le syndic de Puidoux. De plus, le lac et son rivage sont propriétés de la Ville de Lausanne.» Stéphane Apothéloz, lui, annonce qu'il va étudier la question pour prendre d'éventuelles mesures.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!