Actualisé 21.02.2014 à 11:13

GenèveLe lâcher de lanternes volantes, c'est fini

L'Exécutif cantonal a interdit mi-janvier ces objets par mesure préventive. Mais Vaudois et Français n'ont pas la même pratique.

de
Raphaël Leroy
Des accidents liés à ces lampes ont déjà eu lieu en Suisse et en Europe.

Des accidents liés à ces lampes ont déjà eu lieu en Suisse et en Europe.

Le Conseil d'Etat a décidé d'interdire les «lanternes célestes volantes» sur tout le territoire genevois. Par un arrêté du 15 janvier, il veut mettre fin au risque d'incendie «très élevé» de ces miniballons à air chaud utilisés lors d'événements particuliers. «De plus, la trajectoire de ces lampes est incontrôlable, ce qui augmente d'autant le danger», explique-t-on au département de la sécurité et de l'économie (DSE). La présence de l'aéroport n'aide pas.

Outre Genève, Fribourg et le Jura ont prononcé une interdiction. Au contraire de Vaud et de la France voisine. Ce qui ne facilite donc pas l'application de la mesure. Un Vaudois dont le lampion atterrirait au bout du lac pourrait devoir répondre de ses actes, indique le DSE. «Encore faut-il pouvoir remonter jusqu'à son auteur», précise-t-on.

Ce qui est déjà contesté par la police vaudoise. «L'endroit où est lâchée la lanterne est déterminant pour déterminer les responsabilités», estime son porte-parole Philippe Jaton. Foire d'empoigne garantie.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!