Publié

SuisseLe lait de coco de nos rayons récolté par des singes esclaves?

L’association Peta Asie a révélé l’an dernier que des singes étaient dressés en Thaïlande pour cueillir les noix de coco dans des conditions intenables. Certains grands distributeurs en Suisse continueraient malgré tout à vendre des produits issus de ces exploitations douteuses.

par
Bettina Zanni/ofu
Les singes sont dressés pour aller cueillir les noix de coco, mais la pratique fait débat.

Les singes sont dressés pour aller cueillir les noix de coco, mais la pratique fait débat.

Imago/LucaxTettoni

Fini le temps où l’homme devait grimper au sommet des palmiers pour récolter les noix de coco. En Thaïlande, du moins. Il y a un an, l’association de défense des droits des animaux Peta Asie révélait que certaines exploitations se servaient de singes esclaves pour récolter les noix de coco. Nombre de ces primates sont enlevés à leur famille quand ils sont encore tout petits.

Ils sont ensuite dressés et forcés de porter des colliers en métal qui leur scient le cou. Quand ils ne grimpent pas aux arbres, ils passent leur temps attachés dans des endroits insalubres. Après la révélation de ce scandale, près de 26’000 magasins du monde entier ont retiré les produits de ces exploitations douteuses de leur assortiment. Parmi eux, Volg, Lidl et Familia.

Chaokoh mis en cause

Or, selon de récentes investigations de Peta, la marque de lait de coco Chaokoh, un des plus grands producteurs de Thaïlande, continue de se servir de singes pour la récolte, et ce malgré le fait que l’entreprise assure ne pas le faire. En Suisse, on retrouve des produits de la marque Chaokoh dans les rayons de Denner, Coop et divers magasins en ligne.

C’est la raison pour laquelle Peta Suisse continue à mettre la pression sur ces distributeurs afin qu’ils virent la marque de leurs rayons. «Certains commerces continuent à vendre cette marque parce que celle-ci jure, à tort, qu’elle n’a pas recours aux singes pour la récolte», affirme Ilana Bollag, cheffe de campagne pour Peta Suisse.

«Accusations pas confirmées»

Contactés pas nos confrères de «20 Minuten», les distributeurs assurent qu’ils ne proposent pas de produits issus de la maltraitance animale. Melanie Grüter, porte-parole de Coop, affirme ainsi que les vérifications effectuées ne permettent pas de confirmer l’utilisation de singes pour la récolte de noix de coco. «Nos directives stipulent que les produits issus de la maltraitance animale ne sont pas admis», rappelle-t-elle.

Même son de cloche chez Denner. Son porte-parole Thomas Kaderli explique: «Nous avons vérifié les accusations. Elles ne se sont pas confirmées.» Selon lui, le producteur aurait mis à disposition un grand nombre de documents prouvant qu’aucun singe n’avait été utilisé pour la récolte.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!