Le Lausanne HC a un pied en finale

Actualisé

Le Lausanne HC a un pied en finale

Les Vaudois ont battu 6-2 La Chaux-de-Fonds lors du 3e match des demi- finales et mènent désormais 3-0 dans leur série. De son côté, Bienne a repris l'avantage 2 à 1 grâce à son succès 4-2 contre Ajoie.

Le temps que les Lausannois ne règlent quelques comptes avec Jonathan Roy, par ailleurs houspillé toute la rencontre par la majeure partie des 8572 spectateurs de Malley, les Chaux-de- Fonniers ont profité de la première pénalité lausannoise pour ouvrir la marque sur une habile déviation de Julien Turler (3e). Après de nombreuses parades spectaculaires de Sébastien Kohler, Thomas Rüfenacht a tout de même remis les deux équipes à égalité (12e) à 5 contre 4. Les équipes se sont alors rendues coup pour coup. Turler (23e) a donné l'avantage au HCC avant que Kevin Lötscher, grâce à une bourde de Kohler, puis Cory Pecker ne retournent la situation en 56''.

Dans une rencontre sans intensité et émaillée de nombreuses erreurs défensives, la puissance supérieure de Lausanne a suffi. Bodemann (34e) a provoqué le remplacement de Kohler par Todeschini, qui s'est directement incliné sur le premier puck qui lui a été adressé (36e). La Chaux-de-Fonds a manqué l'occasion de se rapprocher au score à l'entame de la dernière période, en ne parvenant pas à allumer la lampe malgré 1'36'' de double avantage numérique. Sigrist a ensuite scellé le score (54e). Maladroit en power-play, le LHC peut à nouveau tirer un coup de chapeau à son gardien Michael Tobler, l'homme-clé des trois premiers matches de cette série.

Au Stade de Glace, Ajoie paraissait avoir pris l'ascendant sur les Seelandais grâce à un tir puissant de Schümperli à 4 contre 5 (27e) et par Barras (39e). Menés 2-0, les Biennois se sont révoltés lors de la dernière période. Ce retour supersonique - quatre buts en 5'26'' - a été facilité par la pénalité de match infligée à Trunz pour coup de canne. Peter ouvrait la voie pour Bienne suivi par Korsch et Fröhlicher. Les Ajoulots étaient terrassés par un tir anodin de Gossweiler alors que Bienne évoluait à 4 contre 5 que le portier Pfister - par ailleurs excellent - laissait filer entre ses jambières.

(ats)

Ton opinion