Actualisé 22.01.2014 à 17:42

Super LeagueLe Lausanne-Sport s'oxygène à Leysin

Trois jours en altitude: voilà le programme des joueurs et du staff du LS en ce milieu de semaine. Au menu, promenades intensives en raquettes, curling et hockey. De quoi faciliter l'intégration de Damien Plessis, la première recrue de Marco Simone.

de
Timothée Guillemin, Leysin
Yannis Tafer et ses coéquipiers ont découvert les joies des sports de glisse.

Yannis Tafer et ses coéquipiers ont découvert les joies des sports de glisse.

«On a souffert mardi, il faisait froid, et les efforts étaient soutenus, mais tout le monde a fini!» Salim Khelifi a profité, comme tous ses coéquipiers, de la journée de mercredi, celle dite «d'amusement» pour les joueurs du LS. Car, après un mardi riche en transpiration et avant une «balade en raquettes» de trois heures jeudi, il fallait aussi penser à prendre un peu de bon temps à Leysin. Le jeune milieu du terrain lausannois s'est ainsi arrêté entre deux descentes en tobogganing pour profiter du soleil et récupérer un peu. «Ces trois jours font du bien pour le groupe, c'est sûr. On sort du contexte, on respire un peu. Et on travaille dur, ça je peux vous l'assurer. En préparation, on a peu touché le ballon, on a vraiment trimé. On a eu jusqu'à trois séances par jour. Franchement, cela n'a rien à voir avec les autres préparations que j'ai pu faire», explique Khelifi. Guillaume Katz va dans son sens: «La préparation est courte est intense. On sera à 100% pour commencer le championnat et on se réjouit. Les six derniers mois sont derrière, on ne veut plus y penser. L'état d'esprit du groupe est bon, et on compte sur les victoires à venir pour le renforcer encore.»

Marco Simone assume cette préparation basée sur le physique, plutôt que sur les matches amicaux. Un seul a été mis au programme de l'équipe avant la reprise (défaite face au FC Le Mont, 0-2), là où, par exemple, le FC Sion en aura disputé une demi-douzaine. «Sion n'est pas une référence pour moi. Vous m'auriez dit Bâle, à la limite... Si d'autres ont estimé qu'enchaîner les matches était une bonne solution, ce n'est pas mon avis. On a fait un match amical, avec plusieurs joueurs venus des M21, qui avaient en plus joué le match d'avant. Pour moi, on ne peut pas en tirer de grandes conclusions. Je préfère faire des séances de qualité avec le groupe. Dans notre situation, c'est beaucoup plus utile. Il y avait un déficit physique qu'il fallait combler. En été, les matches amicaux ont une utilité, à mon avis, plus qu'en hiver durant une préparation courte. Nous avons effectué des oppositions internes. C'est notre choix.»

Les trois jours de stage à Leysin ont été l'occasion d'intégrer le nouveau venu, le Français Damien Plessis, qui a signé jusqu'au terme de la saison. «C'est un milieu défensif qui a une bonne attitude offensive. Il a un parcours un peu délicat. Il est parti un peu trop jeune de France en direction de Liverpool. Il a un peu brulé les étapes. Après, c'est toujours compliqué de faire un pas en arrière. Mais il a disputé 32 matches avec Arles la saison dernière, il a un profil qui me plaît», souligne l'ancien attaquant du Milan AC.

Le LS attend-il encore d'autres renforts, alors que deux licences sont à disposition du club pour la fin de la saison? Marco Simone, toujours: «Oui. On ne prendra plus personne derrière. Mais nous aimerions bien recruter encore un attaquant, au moins. Il y a le problème du budget, c'est sûr, mais un attaquant ou deux, ce serait bien. Ou un attaquant et un milieu de terrain.» A noter que trois joueurs sont actuellement blessés, en plus de Gabri et de Kevin Fickentscher: Abdel Chakshi, Patrick Ekeng et Yaya Banana qui s'est démis l'épaule… en sortant du bus lors du premier jour de stage à Leysin! «Un accident stupide… On ne sait pas combien de temps il sera indisponible. Sera-t-il là contre Bâle? Je n'en sais rien», a déploré Marco Simone.

Trois questions à Damien Plessis

Pourquoi avoir choisi le Lausanne-Sport pour la suite de votre carrière?

C'est un vrai challenge pour moi. Marco Simone m'a appelé en personne, et cela a compté pour moi. C'est quelqu'un de respecté en France, tout le monde le connaît. Je sais très bien que le LS est dans une situation sportive délicate, mais c'est mieux que ce que je pensais: au début, je croyais qu'il y avait trois relégués. J'ai appris par la suite que seul le dernier coulait. Je suis ici pour aider le LS à se maintenir.

Que savez-vous du LS, alors que vous avez découvert le groupe mardi, directement à Leysin?

De part les nombreux joueurs français qui jouent ou ont joué ici, j'avais déjà entendu parler du LS. Pascal Feindouno, tout le monde le respecte. Mais je connais aussi très bien Matar Coly. Mon frère Guillaume a joué avec lui à Lens, je côtoye Matar depuis que j'ai 15 ans. Et je connais un peu le football suisse, quand même. Je sais que Philipp Degen joue à Bâle. J'ai joué avec lui à Liverpool, on s'entendait bien.

Vous avez beaucoup joué avec Arles-Avignon lors de la saison 2012-2013. Mais, depuis le début de la saison en cours, vous avez moins de temps de jeu. Serez-vous opérationnel pour affronter le FC Bâle au mois de février?

Je suis déjà prêt maintenant. Que ce soit Bâle ou un autre, cela ne change rien. Si j'ai décidé de venir ici, c'est que je suis convaincu que je peux apporter quelque chose tout de suite.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!