Hockey sur glace – Le LHC et Gottéron s’adjugent les derbies

Publié

Hockey sur glaceLe LHC et Gottéron s’adjugent les derbies

Les Lions ont surpris le HC Bienne (1-3) vendredi soir tandis que Fribourg a battu Genève-Servette en leader. Black-out total pour Ajoie à Langnau.

par
CYP/GSZ/JBO
La joie des Lausannois vendredi à Bienne.

La joie des Lausannois vendredi à Bienne.

Estelle Vagne/freshfocus

La journée de vendredi avait déjà très bien débuté pour le LHC. Le club vaudois a officialisé l’engagement d’un sixième renfort étranger, le Tchèque Michael Frolik (contrat de deux ans). L’ailier de 33 ans, vainqueur de la Coupe Stanley avec les Chicago Blackhawks en 2013, plus de 900 matches au compteur, est un vieux briscard de la NHL. La réalité de la glace nous dira si le nouveau renfort est suffisamment affûté pour jouer un rôle dominant en National League. Cela fait plus d’une année qu’il n’a plus vraiment joué (une dizaine de matches en NHL et AHL) et il vient d’être retranché par les St. Louis Blues, une franchise qui l’avait invité pour un essai avant le début de la saison. Le Tchèque devrait arriver à Lausanne durant le week-end.

En soirée à Bienne, et alors que l’on pouvait s’attendre à croiser Phil Varone en tribunes, c’est le capitaine des Lions, Mark Barberio, qui a été désigné surnuméraire par John Fust. Le forfait pour cause de blessure de Jason Fuchs (touché dans le haut du corps depuis le match de CHL mercredi à Mannheim) et le retour dans le Top 6 défensif de Joël Genazzi un jour après sa prolongation de contrat pour trois ans, explique en grande partie ce choix tactique.

Face aux Biennois, les Lausannois ont livré un match costaud même s’ils ont mis du temps à concrétiser leurs intentions offensives. Si Rathgeb a ouvert la marque contre le cours du jeu à la première sirène (20e, 1-0), Bertschy a logiquement rétabli la parité en fin de deuxième période sur un exploit personnel (40e, 1-1) peu après un tir sur le poteau du capitaine des Seelandais, Gaëtan Haas (37e). Un but qui est venu récompenser le travail de sape des Vaudois, qui ont plus souvent qu’à leur tour poussé le HCB dans les cordes. Les joueurs de John Fust ont posé les bases de leur succès mérité grâce à Guillaume Maillard, servi sur un plateau par Floran Douay en contre-attaque (46e, 1-2). Le gardien Tobias Stephan, excellent, a assuré au LHC les trois points de la victoire avant qu’Andrea Glauser ne scelle le score dans la cage vide à six secondes de la fin du match (60e, 1-3).

Samedi, Lausanne reçoit Langnau tandis que le HC Bienne se déplace au Hallenstadion pour y affronter les ZSC Lions.

Fribourg bat Genève en leader

C’est un gouffre qui sépare les deux équipes au classement. Un écart de 23 points qui ne sest pas vu tant que ça entre des Dragons à qui tout sourit et des Aigles qui n’ y arrivent toujours pas. Ce n’est donc pas à la BCF Arena que les Genevois se sont refait une santé. Si la forme n’est pas aussi inquiétante qu’il y a encore une dizaine de jours, le résultat comptable, lui, est implacable. Depuis les deux points gagnés sur la glace d’Ajoie et l’unité arrachée le lendemain à Zoug, la récolte des Grenat est égale à zéro.

Et pendant ce temps-là, les Dragons n’en finissent pas de compiler les succès. Le 8e de rang n’aura pas été le plus convaincant. Malgré une maîtrise collective supérieure, Fribourg n’a jamais su étouffer un adversaire pourtant convalescent. Seulement voilà, quand ça rigole, ça rigole. Alors que les débats étaient plutôt équilibrés, l’ouverture du score est venue illustrer ce qui sépare une équipe en confiance et une autre qui suscite de la défiance.

Il y a d’abord eu une mauvaise anticipation de Sandis Smons à la ligne rouge. Une accélération de Nathan Marchon qui a semé le défenseur genevois qui est resté avec les patins scotchés sur la glace. Il y a eu ensuite cette passe pour Julien Sprunger. Le tir qui heurte le casque de Gauthier Descloux. Et ce puck qui ressort sur un Mauro Jörg qui n’a plus qu’à ajuster le filet déserté. Les Genevois répètent souvent que le puck ne tourne jamais en leur faveur en ce moment. Difficile de leur donner tort sur ce coup. Même s’il ne faudra pas oublier la naïveté de Smons au début de l’action.

C’est évidemment une fois encore sur une largesse des Aigles que Fribourg a donné le coup de grâce en doublant la mise en fin de deuxième période. Avec une fois encore Julien Sprunger à la manœuvre qui s’est enfilé dans la défense s’est joué de Simon Le Coultre d’une demi-feinte et qui a servi du caviar à Chris DiDomenico.

Black-out pour Ajoie

Pour Ajoie, ce déplacement à l’Ilfis devait lui permettre d’aligner quatre renforts étrangers d’un bout à l’autre d’un duel pour la première depuis le match d’ouverture face à Bienne le 7 septembre.

Il n’en a finalement rien été, malgré la valse des annonces survenues en cette fin de semaine. Si Gary Sheehan a bel et bien pu compter sur le soutien du Québécois Maxime Fortier, débarqué en Suisse vendredi matin et engagé jusqu’à fin décembre au moins, ainsi que de son compatriote François Beauchemin, cédé pour la soirée en licence B par les Ticino Rockets, il a par contre dû composer sans son défenseur Jérôme Leduc, qui ressentirait à nouveau des douleurs dorsales.

Sans « importé » dans leur brigade défensive mais avec Yannick Hänggi, prêté pour un temps par le CP Berne, les Ajoulots sont complètement passés à côté de leur début de rencontre, cueillis à froid, comme ils le sont un peu trop souvent, après seulement 72 secondes.

Directement impliqué sur l’ouverture de Kay Schweri, Thibault Frossard l’a été indirectement sur le 2-0 de la 13e minute. C’est du banc des pénalités que le topscorer jurassien a assisté à la reprise victorieuse au premier poteau d’Alexandre Grenier.

Il a fallu un quart d’heure pour voir les visiteurs adresser une première frappe cadrée en direction de la cage gardée par Robert Mayer. Réunis au sein d’une même triplette 100% québécoise, Fortier, Devos et Beauchemin ont déjà noué une ébauche de complicité intéressante. Les deux derniers arrivés ont d’ailleurs été les plus menaçants côté ajoulot et affichent un profil assez similaire, alliant rapidité et sens de l’initiative.

Même si le HCA s’en est tout compte fait bien tiré avec un retard de deux longueurs après vingt minutes, qu’il s’est montré plus entreprenant par la suite, il n’a jamais réussi à effacer son passif. Lorsque Schweri, à la mi-match, a inscrit son premier doublé de la saison avec la complicité involontaire du patin de Fortier, Langnau semblait alors avoir fait le nécessaire pour s’adjuger un premier succès à domicile cette saison. Cette réussite n’était en réalité que le début du calvaire pour néo-promu.

Frossard a encore filé un petit coup de pouce aux Tigres de l’Emmental en se faisant subtiliser le puck en zone neutre sur le 4-0 d’Huguenin. Ajoie a dès lors totalement piqué du nez. Après le 5-0 de Grenier, tombé deux minutes après, le gardien Tim Wolf, excédé, a quitté sa cage de son propre chef après y avoir brisé sa canne.

Plongé en plein chaos, son successeur Viktor Östlund en a concédé deux autres deux minutes plus tard sans avoir pu réaliser le moindre arrêt. Soit cinq goals encaissés en l’espace de 8’03. Quelle claque ! Les deux buts tardifs de Maxime Fortier n’auront qu’une valeur anecdotique.

C’est finalement sur la marque de 9-3 que la rencontre s’est terminée. Pas de quoi aborder le derby de samedi soir, avec la venue de FR Gottéron à Porrentruy, dans les meilleures conditions.

Ton opinion

2 commentaires