CERN: Le LHC pourrait redémarrer ce week-end
Actualisé

CERNLe LHC pourrait redémarrer ce week-end

Le plus grand et plus puissant accélérateur de particules du monde pourrait redémarrer ce week-end après deux ans d'arrêt, a annoncé jeudi le CERN.

Le grand collisionneur de hadrons (LHC) est prêt pour accueillir à nouveau des faisceaux de particules, a indiqué le CERN dans un communiqué. Les équipes procèdent aux derniers tests après avoir résolu le 31 mars un problème qui retardait la remise en route de l'accélérateur.

«Les premiers faisceaux pourraient circuler dans la machine entre samedi et lundi prochains», selon le CERN.

«Nous sommes confiants de pouvoir redémarrer durant le week-end car tous les tests sont pour l'instant concluants», indique Frédérick Bordry, directeur des accélérateurs et de la technologie du CERN, cité dans le communiqué.

Lorsque le LHC et l'ensemble de la chaîne des accélérateurs sont en fonctionnement, les opérateurs se relaient jour et nuit dans le centre de contrôle.

Ils tenteront de faire circuler des faisceaux de protons dans le LHC dans les deux sens dès que tous les voyants seront au vert.

Les premières collisions de particules à une énergie de 13 TeV (téra-électrons-volts) n'interviendront qu'à partir du mois de juin.

Le 21 mars, un court-circuit était intervenu au sein du LHC, ce qui avait obligé les responsables du CERN à repousser son redémarrage.

Situé à la frontière franco-suisse, le LHC, qui comprend un tunnel en forme d'anneau de 27 kilomètres, a été arrêté pendant deux ans pour une révision et une adaptation.

Son redémarrage provoque une grande excitation au sein de la communauté scientifique. L'accélérateur a déjà permis, lors de sa première phase d'exploitation, de confirmer l'existence du boson de Higgs. Les chercheurs espèrent percer d'autres mystères de l'univers lors de la deuxième phase d'exploitation du LHC.

Le boson de Higgs est considéré par les physiciens comme la clef de voûte de la structure fondamentale de la matière, la particule élémentaire qui donne leur masse à nombre d'autres, selon la théorie dite du «Modèle standard».

(afp)

Ton opinion