Actualisé 19.01.2010 à 13:10

Conseil des Etats NE

Le libéral-radical Raphaël Comte officiellement élu

Le libéral-radical Raphaël Comte a été déclaré mardi officiellement élu au Conseil des Etats.

Agé de 30 ans, il sera le plus jeune élu de la Chambre haute où il partagera la députation de son canton avec Didier Berberat (PS/NE). Il y sera aussi le seul libéral-radical romand.

Raphaël Comte a remporté dimanche le premier tour de l'élection complémentaire au Conseil des Etats, destinée à repourvoir le siège du PLR Didier Burkhalter, élu le 16 septembre dernier au Conseil fédéral. Aucun des cinq candidats en lice n'avait obtenu la majorité absolue.

Le candidat du PLR était sorti en tête devant la conseillère nationale Francine John Calame (Verts/NE) et le candidat UDC Pierre Hainard, membre de l'exécutif de La Chaux-de-Fonds. Les deux perdants avaient annoncé aussitôt qu'ils renonçaient à participer à un éventuel second tour.

Elu tacitement

La Chancellerie d'Etat a confirmé mardi à midi, à l'échéance du délai de dépôt des listes pour le second tour, que Raphaël Comte était l'unique candidat encore en lice. Le prétendant du PLR a ainsi été déclaré tacitement élu au Conseil des Etats.

Le nouveau sénateur ne bénéficiera pas cette année du jour férié octroyé lundi 1er mars à l'occasion de l'anniversaire de l'indépendance neuchâteloise. C'est ce jour-là en effet qu'il prêtera serment devant ses collègues du Conseil des Etats réunis pour l'ouverture de la session de printemps des Chambres fédérales.

Le plus jeune

Agé de 30 ans, Raphaël Comte sera de loin le plus jeune à siéger à la Chambre des cantons, l'actuel benjamin, Alain Berset en ayant huit de plus. Tout comme son prédécesseur Didier Burkhalter, il sera également l'unique représentant du PLR de Suisse romande. Sur le plan politique, le nouveau sénateur a représenté jusqu'ici plutôt l'aile droite des positions affichées par son parti.

En octobre dernier, Thierry Béguin avait tenté en vain d'opposer sa candidature à celle de Raphaël Comte, lors de la désignation du prétendant PLR à l'élection complémentaire. L'ancien conseiller aux Etats radical avait dénoncé devant l'assemblée du PLR la dérive conservatrice des candidats soutenus par le comité de son parti.

A confirmer

Il n'est pas certain néanmoins que Raphaël Comte tienne à Berne sa réputation d'homme foncièrement de droite. Ce politicien réservé et déjà expérimenté tient à la discipline de groupe. Artisan de la fusion des partis libéral et radical neuchâtelois, il a démontré aussi sa capacité d'écoute et ses talents de négociateur patient.

Raphaël Comte a siégé au Grand Conseil neuchâtelois de 2001 à 2009, d'abord en qualité de député radical, puis au titre de député PLR à partir de la fusion intervenue en juin 2008. Il est également président de l'Association des communes neuchâteloises (ACN) et membre de l'exécutif de sa commune de Corcelles-Cormondrèche (NE).

Vocation précoce

Etudiant à Zurich, où il prépare un master en droit, le nouveau sénateur neuchâtelois a manifesté dès l'adolescence de l'intérêt pour la politique. Malgré son jeune âge, ce petit-fils de Jurassien établi dans le canton de Neuchâtel peut faire état d'une «longue carrière politique», comme il le souligne lui-même non sans humour.

Le jeune homme vit encore chez ses parents. Le fait de souffrir du «syndrome Tanguy» est un choix délibéré, a-t-il indiqué mardi sur les ondes de la RSR. Raphaël Comte préfère en effet conserver la chambre qu'il loue à Zurich depuis quelques années plutôt que d'investir dans un logement neuchâtelois. La maison familiale étant spacieuse, il jouit d'une grande indépendance, a-t-il précisé.

«Je ne pourrais pas assumer financièrement les deux, donc je privilégie l'immersion linguistique en passant 2-3 jours par semaine à Zurich», a poursuivi le jeune homme. Et de souligner que la maîtrise de l'allemand lui sera particulièrement utile dans son nouveau mandat. Contrairement au National, qui dispose de la traduction simultanée, chacun s'exprime dans sa langue au Conseil des Etats. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!