Actualisé

SantéLe lien entre le Zika et Guillain-Barré prouvé

L'existence d'une corrélation entre une infection par le Zika et Guillain-Barré, une maladie auto-immune, est renforcée.

1 / 96
Le virus du Zika, qui peut avoir des effets dévastateurs sur le développement des tissus cérébraux du foetus, pourrait devenir une arme contre le glioblastome, un cancer agressif du cerveau, révèle une étude. (Mardi 5 septembre 2017)

Le virus du Zika, qui peut avoir des effets dévastateurs sur le développement des tissus cérébraux du foetus, pourrait devenir une arme contre le glioblastome, un cancer agressif du cerveau, révèle une étude. (Mardi 5 septembre 2017)

Keystone
Des millions de moustiques porteurs d'une bactérie réduisant leur capacité à transmettre des virus ont été lâchés à Rio dans l'espoir qu'ils se reproduisent. (Mardi 29 août 2017)

Des millions de moustiques porteurs d'une bactérie réduisant leur capacité à transmettre des virus ont été lâchés à Rio dans l'espoir qu'ils se reproduisent. (Mardi 29 août 2017)

AFP
Les malformations congénitales liées au Zika sont vingt fois plus fréquentes par rapport à la période antérieure à l'épidémie, selon une étude des autorités américaines. (Jeudi 2 mars 2017)

Les malformations congénitales liées au Zika sont vingt fois plus fréquentes par rapport à la période antérieure à l'épidémie, selon une étude des autorités américaines. (Jeudi 2 mars 2017)

Keystone

Une étude montre les liens les plus probants à ce jour entre le virus Zika et le syndrome de Guillain-Barré, un désordre neurologique rare chez les adultes pouvant parfois provoquer une paralysie passagère.

Les résultats de ces travaux, publiés mercredi dans la revue médicale américaine New England Journal of Medicine, confortent l'existence d'une corrélation entre une infection par le Zika et Guillain-Barré, une maladie auto-immune, chez un nombre substantiel de personnes souffrant de ce syndrome, ont conclu les chercheurs.

Les données épidémiologiques suggèrent depuis longtemps un lien étroit entre la fréquence croissante des cas d'infection par le Zika et la multiplication du nombre de personnes souffrant de Guillain-Barré.

Faiblesse musculaire, douleurs, paralysie

«Au début de la flambée de Zika en Amérique du Sud mes collègues en Colombie m'ont contacté car ils étaient inquiets de l'accroissement du nombre de patients avec des complications neurologiques dans leurs hôpitaux», explique le Dr Carlos Pardo, professeur adjoint de neurologie et de pathologie à la faculté de médecine de l'Université Johns Hopkins à Baltimore, qui a dirigé cette recherche.

Guillain-Barré se développe à la suite d'une infection comme la grippe, qui affaiblit le système immunitaire. Celui-ci se met alors à attaquer les gaines de myéline protégeant les cellules nerveuses. Les symptômes sont de la faiblesse musculaire, des douleurs et une déficience de la sensibilité suivie dans certains cas de paralysie.

Guillain-Barré apparaît chez une à deux personnes sur 100'000 après une infection mais les scientifiques ignorent pourquoi certaines sont affectées et pas d'autres.

Etude la plus étendue à ce jour

Pour cette étude menée dans six hôpitaux en Colombie, ces chercheurs ont procédé à des analyses de sang, d'urine et de liquide cérébrospinal chez 68 personnes qui avaient été infectées par le Zika et montraient des symptômes de Guillain-Barré.

Presque la moitié de ces patients se plaignaient de symptômes neurologiques dans les quatre jours après le début de l'infection par le Zika. Selon ces chercheurs, c'est une réaction inhabituellement rapide par rapport à des personnes qui ont eu le syndrome de Guillain-Barré à la suite d'une autre infection comme la grippe ou l'herpès.

Le Dr Pardo pense que cette étude est la plus étendue à ce jour à montrer le rôle de l'infection par le Zika dans l'accroissement du nombre de cas de Guillain-Barré.

Mais il prévient que ces travaux, toujours en cours, ne révèlent pas les mécanismes biologiques par lesquels le Zika pourrait déclencher une attaque du système immunitaire contre le système nerveux.

Le Zika présente un risque surtout pour les femmes enceintes car une infection du foetus accroît le risque de microcéphalie pour l'enfant. Il s'agit d'un développement insuffisant de la boite crânienne et du cerveau, une malformation congénitale irréversible. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!