esthétique: Le lifting de maman fait place à la chirurgie douce
Actualisé

esthétiqueLe lifting de maman fait place à la chirurgie douce

La chirurgie dite non invasive gagne du terrain. Pour réduire nos sillons et nos défauts sans scalpel.

par
Stéphanie Billeter

Rester jeune. Défier le temps. Rajeunir. Cette obsession ne date pas d'aujourd'hui. Faust et Dorian Gray s'y sont frottés, avec les conséquences que l'on connaît. L'avantage aujourd'hui est de pouvoir paraître plus jeune sans pour autant vendre son âme. Juste sa carte de crédit. «La médecine anti-âge a pris sa place dans les années 1990-2000», rappelle le Dr Patricia Delarive, dermatologue à la Clinique Matignon à Lausanne.

Solution scalpel? Plus seulement. Depuis quelques années se développent des méthodes non invasives (sans intrusion dans notre corps), dont les applications deviennent chaque année plus précises, plus efficaces. Laser, ultrasons, chaleur, lumière, tels sont les moyens mis en œuvre pour lisser, tonifier, remodeler (voir les nouveautés ci-dessous).

Le principe? Stimuler les cellules qui fabriquent le collagène, cellules qui «s'endorment» dès 40 ans, explique Patricia Delarive. L'avantage? Pas d'opération, on peut donc retourner illico à la vie sociale l'air de rien. «A chaque zone ou problème sa technique», souligne le Dr Fernando Martinez, oncologue et spécialisé dans la chirurgie plastique au Centre Efficium. Le prix? Cela reste bien sûr cher, mais «bien moins qu'un lifting», sourient les deux spécialistes.

La mise en garde? S'adresser à un médecin. D'ailleurs la Clinique Matignon organise des conférences pour informer le public. Et ne pas oublier que «la chirurgie esthétique n'est pas un acte de sauvetage. Il faut se retrouver et non se transformer», prévient Fernando Martinez.

Pour lisser les rides: le laser fractionné

«Il lisse, resserre les pores, atténue les cicatrices, unifie le teint», détaille le Dr Patricia Delarive. Le laser provoque des trous (2000 par cm2) et la peau se reforme autour. Le laser a beaucoup évolué depuis ses premières applications. Il n'y a plus de risques de brûlure. Idéal pour les ridules, joues et lèvres. C'est aussi le seul laser approuvé pour les masques de grossesse. Le résultat est effectif en quatre séances minimum.»

Où? Clinique Matignon, 14 av. d'Ouchy, à Lausanne.

Combien? 1600 fr. la séance.

Pour tonifier: le thermage

«Cette méthode a pour but de remonter la chair comme le ferait un chirurgien esthétique, explique le Dr Patricia Delarive. Il s'agit de stimuler les fibroblastes (qui fabriquent le collagène). Le résultat est difficile à prédire car il dépend de chaque peau. Ca marche aussi sur le ventre, les cuisses. Une seule séance est valable 5 ans.»

Où? Clinique Matignon.

Combien? Entre 4500 et 5000 fr. pour le visage.

Pour combler les rides: les ultrasons

Avant-après, dit la photo. Comment? Grâce aux ultrasons: «ils créent un réseau thermique capable d'engendrer une réaction naturelle de substitution des tissus, explique le Dr Fernando Martinez. Contrairement au botox, le tissu est contracté et non paralysé. L'effet dure de trois à six ans. L'Ultherapy sert aussi à sculpter le visage. Elle convient très bien aux hommes.»

Où? Au centre Efficium, rue des Terreaux 2, à Lausanne.

Combien? De 1800 à 5500 fr.

suivant la zone à traiter.

Conférence publique:

«La toxine botulique», par le Dr Sabri Derder, jeudi à 18 h, Hôtel Savoy, av. d’Ouchy 40, à Lausanne.

Ton opinion