Cinéma: Le Lion d'or décerné à «Lebanon»

Actualisé

CinémaLe Lion d'or décerné à «Lebanon»

L'Israélien Samuel Maoz a triomphé samedi soir à la cérémonie de clôtuture de la 66e Mostra de cinéma de Venise avec «Lebanon», un premier film autobiographique «écrit avec ses tripes», qui montre les horreurs de la guerre à travers le viseur d'un tank.

«Merci pour ce bonheur», s'est exclamé le cinéaste en recevant son prix des mains du président du jury, l'Américano-taïwanais Ang Lee.

«Je dédie ce prix aux milliers de personnes à travers le monde qui, comme moi, sont revenues de la guerre saines et sauves. Apparemment, elles vont bien, elles sont mariées, elles ont des enfants, mais, à l'intérieur, elles ont dû apprendre à vivre avec leur douleur», a-t-il déclaré.

Nourri des douloureux souvenirs de son réalisateur, Samuel Maoz, 47 ans, le film fait vivre intensément le début de la première guerre du Liban en 1982, à travers la meurtrière avancée d'un tank israélien.

Traumatisé par des combats où, jeune soldat de vingt ans, ce natif de Tel Aviv fut tireur dans un blindé, Maoz a mis 25 ans à en sortir ce film puissant, à rebours de tout héroïsme, qui montre la guerre avec une radicale nouveauté.

Dans «Lebanon», quatre soldats enfermés dans ce qu'ils ont surnommé le «rhinocéros» de fer, ne voient du Liban que les massacres qu'ils y perpètrent : femme au bord de la démence après la mort de son enfant, vieillard au regard figé par la haine, agonie d'un âne éventré.

L'horreur de ces scènes, ajoutées au confinement et à la cruelle absurdité des ordres reçus, fait monter la tension entre les hommes, tandis que l'image, ramenée à celle du viseur, fait du monde extérieur une série de cibles.

Des 25 films en lice pour le Lion d'or, il était largement favori.

Richesses italiennes

Sans surprise, le Britannique Colin Firth («Mamma mia!», «Le journal de Bridget Jones»), a remporté à 49 ans la Coupe Volpi du meilleur acteur dans «A single man», la première réalisation du couturier américain Tom Ford.

Colin Firth Il avait été bouleversant en professeur d'université homosexuel des années 60 qui perd le goût de vivre après la disparition tragique de son compagnon.

L'acteur a remercié l'Italie qui l'a «inondé de cadeaux: la culture, la littérature, le cinéma, l'art, la cuisine, le vin, la grappa et ma femme !» et son méteur en scène Tom Ford, «un véritable artiste, doté d'une vision».

De son côté la Russe Kseniya Rappoport, 35 ans, a été sacrée meilleure actrice pour «La doppia ora», un polar de Giuseppe Capotondi - auquel elle a dédié son prix -, où elle joue une émigrée mêlée à un crapuleux cambriolage.

Dédié aux «victimes du Mouvement vert de 2009» en Iran, «Women without men» le premier film de la vidéaste-photographe iranienne Shirin Neshat, qui relate l'émancipation de quatre femmes à Téhéran dans les années 1950, a reçu le Lion d'argent de la meilleure réalisation.

«Je supplie le gouvernement de l'Iran de donner au peuple ce dont il a besoin : les droits humains de base, la liberté et la démocratie», a-t-elle lancé, dédiant son film à «tous les Iraniens».

Amours torturés

La joyeuse comédie «Soul kitchen» a valu au cinéaste germano-turc Fatih Akin le Prix spécial du jury, pour lequel il a remercié son équipe, «la meilleure que j'aie jamais eue».

Ecrit et tourné par l'Américain Todd Solondz, le scénario du grinçant «Love during wartime» qui dépeint les amours torturées des Américains, a été primé.

Bien que talent déjà confirmé («Romanzo criminale», «Nos meilleures années») l'Italienne Jasmine Trinca, 28 ans, a emporté le Prix Marcello Mastroïanni du meilleur espoir avec «Il grande sogno» de Michele Placido, où elle joue une fille révolutionnaire aux origines bourgeoises, dans la fièvre de 1968. (afp)

Palmarès

Lion d'or du meilleur film: «Lebanon» de l'Israélien Samuel Maoz

Coupe Volpi du meilleur acteur: le Britannique Colin Firth pour son rôle dans «A Single Man» de Tom Ford

Coupe Volpi de la meilleure actrice: Ksenia Rappoport pour son rôle dans «La doppia ora» de Giuseppe Capotondi

Lion d'argent-Prix de la mise en scène: l'Iranienne Shirin Neshat pour «Zanan bedoone mardan» («Women Without Men»)

Prix spécial du jury: «Soul Kitchen» de Fatih Akin

Prix Marcello Mastroianni du meilleur jeune interprète: l'Italienne Jasmine Trinca pour son rôle dans «Il grande sogno» de Michele Placido

Prix Osella du meilleur scénario: l'Américain Todd Solondz pour son film «Life During Wartime», qu'il a également réalisé

Prix Osella de la meilleure direction artistique: la Française Sylvie Olivé pour «Mr Nobody» de Jaco Van Dormael (Francia)

Ton opinion