Actualisé 26.02.2016 à 14:53

VaudLe «littering» ne sera pas puni par la voirie à Renens

Dès le 1er mars, une loi cantonale permettra aux personnel communal de coller les incivilités. Mais la ville de l'Ouest lausannois a décidé d'y renoncer.

de
frb

Le «littering», ou l'abandon de déchets sur la voie publique, est un fléau que de nombreuses communes vaudoises ont envie de combattre avec plus de sévérité. Pour aller dans ce sens, le Grand conseil vaudois a voté récemment une loi sur les amendes d'ordre. En vigueur dès mardi prochain, le texte permettra au personnel communal assermenté de dresser des amendes d'ordre quand une indélicatesse est constatée en flagrant délit. Du policier au jardinier, en passant par l'employé de voirie. Une possibilité que se réjouit déjà d'appliquer la Ville de Lausanne.

Chez sa voisine Renens (VD) en revanche, cette possibilité ne sera tout simplement pas utilisée, relate «24 Heures» vendredi. Le 11 février dernier, le Conseil communal a refusé de justesse de la mettre en œuvre. «Le balayeur, c'est le gars sympa qui balaie pour moi, avec qui je parle de la pluie et du beau temps et des déchets, a estimé l'élue de Fourmi rouge Verena Berseth. Pas quelqu'un qui me flanque une amende parce que je jette des mégots par terre.» Une courte majorité de 28 élus à 26 l'a suivie. Un clivage gauche-droite s'est dessiné, avec le parti socialiste comme arbitre. «Aucune solution n'est la bonne», selon sa présidente Patricia Zurcher, qui préfère miser sur plus de campagnes de sensibilisation.

Mais le municipal à la tête de la voirie n'abandonne pas totalement l'idée. Il tentera de faire passer une version modifiée du règlement qui permettrait aux seuls policiers de coller ces amendes pour «littering». Affaire à suivre.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!