Texte aux passages zoophiles: Le livre polémique n'est plus étudié à Sainte-Croix
Actualisé

Texte aux passages zoophilesLe livre polémique n'est plus étudié à Sainte-Croix

Alertée par l'article de «20 minutes online», la conseillère d'Etat Anne-Catherine Lyon a demandé à la direction générale de l'enseignement obligatoire d'auditionner l'enseignant qui a choisi de faire lire un texte aux passages crus à ses élèves de 9è année.

par
tpi

«Il y a quelque chose qui ne joue pas», s'exclame Daniel Christen, directeur cantonal de l'enseignement obligatoire. Le haut fonctionnaire a été mandaté par la ministre vaudoise de la formation, Anne-Catherine Lyon, pour faire la lumière sur la décision d'un enseignant de faire lire Le Grand Cahier, d'Agota Kristof, à sa classe de 9è année de l'école de Sainte-Croix (VD). En effet, il semble que le canton n'apprécie guère son choix.

Dans le cadre de la scolarité obligatoire, la sexualité est une thématique abordée avec une très grande prudence, explique Daniel Christen. Le plus souvent, d'ailleurs, ce sont des personnes extérieures qui sont mandatées pour en parler, le professeur n'intervenant que très rarement. En outre, les parents sont avertis à l'avance, et des dispenses sont possibles.

L'étude du livre arrêtée

«J'ai appelé l'enseignant ce matin, poursuit Daniel Christen. Il s'est montré très compréhensif et m'a assuré qu'il avait stoppé l'étude de l'œuvre en question et ramassé les copies du livre.» D'après ce que sait le directeur cantonal, il apparaît que le retrait prématuré du texte a permis d'éviter que les passages litigieux – où la sexualité d'enfants et d'animaux est évoquée dans des termes très crus – ne soient évoqués en classe.

Daniel Christen va désormais rencontrer le professeur concerné. Et ce n'est qu'à la suite de son rapport que la conseillère d'Etat pourra décider des suites à donner à l'affaire. L'enseignant risquerait une sanction allant jusqu'à l'avertissement. Mais Daniel Christen reste très prudent sur cette question, rappelant que la récolte d'informations vient seulement de commencer.

Pas de liste noire

Dans le canton, «il n'y pas de lecture imposée, comme il n'y a pas de lecture interdite», indique encore le directeur de l'enseignement obligatoire vaudois. Le choix des livres étudiés est laissé à l'appréciation des enseignants, dans le cadre, tout de même, du plan d'étude et du programme. Mais les professeurs doivent avoir valeur d'exemple, ajoute Daniel Christen. Il faut qu'ils fassent une pesée entre la valeur pédagogique d'une œuvre et la thématique abordée. En classe de français, la langue doit primer sur le thème.

Et dans le cas précis du Grand Cahier, si la qualité du texte n'est pas remis en cause par la direction cantonale, il semble que le thème de la sexualité soit importé de manière artificielle et ne soit pas fondamental à l'apprentissage de la langue, en tout cas en classe obligatoire.

Ton opinion