Le loup est bel et bien de retour dans le canton
Actualisé

Le loup est bel et bien de retour dans le canton

ALPES VAUDOISES – Après 152 ans d'absence, un prédateur a fait sa réapparition dans la région d'Anzeindaz.

La présence d'un loup dans le canton était soupçonnée dès le début du mois de juillet, quand plusieurs chèvres ont été attaquées à diverses reprises vers la Tour-d'Anzeindaz, dans le massif du Muveran. Des analyses génétiques ont alors confirmé qu'il s'agissait d'un loup d'origine italienne qui a traversé le Valais. Enfin, treize moutons d'un troupeau non gardé ont disparu dans la même région, les 25 et 26 août. «Nous avons alors disposé des pièges photographiques sur des passages potentiels, explique Sébastien Sachot, conservateur de la faune». C'est ainsi que le canidé a été photographié le 9 août dernier. L'annonce du retour a été saluée par le WWF.

Le canton de Vaud a immédiatement pris des mesures de prévention et d'information, qui viennent renforcer un dispositif déjà en vigueur depuis 2000 vis-à-vis des dégâts dus au lynx. «Les trois éleveurs regroupaient déjà leurs troupeaux dans des enclos électrifiés la nuit et certains pâturages isolés ont été abandonnés, précise Sébastien Sachot. Dès aujourd'hui, deux chiens des Pyrénées, des patous, seront livrés à l'éleveur qui détient 900 moutons. Une bergère viendra également en appui, par l'intermédiaire de l'association Agridea.

Mais l'arrivée du loup nourrit des craintes et il va falloir changer certaines habitudes.» Il rappelle toutefois que cet animal craintif n'est pas dangereux pour l'homme. Mais si une meute de loups venait à se créer? «Aucune attaque contre des humains n'a été répertoriée en France et en Italie, où des colonies de loups existent pourtant depuis des années», rassure Sébastien Sachot. Quant au responsable des chasseurs des Alpes vaudoises, Gérald Jaccolet, il réitère son opposition à la réintroduction du loup et s'inquiète de son coût, ainsi que de l'impact sur le gibier sauvage de la région.

Frédéric Nejad

Ton opinion