Genève: Le Louvre au chevet du Musée d'art et d'histoire
Actualisé

GenèveLe Louvre au chevet du Musée d'art et d'histoire

Après l'échec du projet d'agrandissement de Jean Nouvel, Genève a demandé à un comité d'experts d'explorer toutes les pistes pour la nécessaire réfection de son musée amiral.

par
tpi
L'actuel bâtiment du MAH, construit en 1910, devra être rénové pour continuer à accueillir des visiteurs.

L'actuel bâtiment du MAH, construit en 1910, devra être rénové pour continuer à accueillir des visiteurs.

photo: Keystone/Martial Trezzini

Faire table rase du passé. En février dernier, 54% des citoyens refusaient le projet d'agrandissement du Musée d'art et d'histoire (MAH) que leur proposait l'Exécutif de la Ville de Genève. Le très ambitieux programme architectural du Français Jean Nouvel, le fait que la cour du bâtiment historique soit recouverte ou encore les conditions de financement par un mécène privé jugées opaques sont autant d'éléments qui avaient mené à la victoire du «Non».

Aujourd'hui, le Conseil administratif a décidé de tirer les leçons de cet échec. Il a mandaté un comité d'experts avec comme objectif, en repartant d'une feuille blanche, d'étudier tous les scénarios possibles pour définir les contours du musée de demain. Mais avec un mot d'ordre clair: «Le futur bâtiment devra être au service du projet muséal, et pas l'inverse», a insisté le magistrat chargé de la Culture Sami Kanaan.

Aucun tabou

Le pool de spécialistes sera piloté par l'ex-directeur des musées d'ethnographie de Neuchâtel et Genève, Jacques Hainard, et l'actuel patron du Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Roger Mayou. Des cadres des états-majors du Louvre, du Rijksmuseum d'Amsterdam, du Musée des Confluences de Lyon et du Kunstmuseum de Lucerne viendront apporter un regard extérieur aux travaux.

Ils entameront leur réflexion cet automne avec l'audition de l'ensemble des acteurs concernés. Les opposants au projet Nouvel seront parmi les premiers invités. «Nous n'aurons aucun a priori», a assuré Jacques Hainard. Simple réfection du bâtiment actuel, agrandissement, déménagement: toutes les pistes seront évoquées sans tabou. Ils devront rendre leur copie aux autorités mi-2018. Un concours d'architecture sera lancé dans la foulée.

Par ailleurs, la Ville est confiante sur la capacité du futur projet à rassurer les mécènes privés intéressés à participer au financement du MAH.

Un million pour des travaux urgents

L'actuel bâtiment du MAH est en mauvais état. Des corniches s'effondrent, les verrières laissent passer l'eau et de vitraux sont cassés. Pour garantir son accès au public en toute sécurité, des réfections s'imposent. Après avoir réalisé un diagnostic, la Ville estime qu'il faudra investir entre 700'000 francs et un millions sur les quatre prochaines années.

Ton opinion