Actualisé 17.12.2017 à 17:36

Foot - Super LeagueLe LS termine l'année en beauté contre Zurich

Les hommes de Celestini ont régalé en première période pour mener 4-0 à la pause. Zurich a sauvé l'honneur par la suite pour un score final de 5-1.

Keystone/Jean-christophe Bott

A la Pontaise, le FC Zurich a fait une croix sur ses rêves de grandeur. Non, le néo-promu ne sera pas en mesure cette saison de troubler la domination des Young Boys et du FC Bâle. Trahi par ses largesses défensives, le FCZ s'est incliné 5-1 devant Lausanne. Cette troisième victoire à domicile de la saison fut acquise pour les Vaudois grâce à une première période de rêve. Déjà auteur d'un doublé dimanche dernier à Lugano, Benjamin Kololli a poursuivi son festival. L'international kosovar a ouvert le score à la 5e, a offert le 4-0 à Margiotta (41e) avant d'inscrire le 5-0 (53e).

Lausanne occupe désormais la cinquième place du classement, une place qui est aujourd'hui à pratiquement à 90 % synonyme de sésame pour le tour préliminaire de l'Europa League. A trois points de la troisième place, les Vaudois et leurs nouveaux dirigeants peuvent rêver, pourquoi pas, d'un printemps radieux.

Young Boys garde la main

Victorieux 4-2 à Lucerne, les Bernois passeront l'hiver dans le fauteuil du leader de la Super League. Après avoir laissé échapper quatre points lors de leurs deux dernières rencontres pour se retrouver sous la menace directe du FC Bâle, les Young Boys n'ont pas vraiment tremblé. Avec une réussite de la tête de Sekou Sanogo (33e), leur meilleur homme, et une frappe splendide de Roger Assalé (37e), ils avaient déjà match gagné avant la pause. Ils peuvent toutefois remercier leur gardien David von Ballmoos, auteur d'une parade décisive en tout début de rencontre devant Shkelqim Demhasaj.

Steve von Bergen et ses coéquipiers comptent ainsi toujours deux points d'avance sur le FC Bâle. L'octuple Champion en titre a cueilli un cinquième succès de rang. Il s'est imposé 2-0 au Letzigrund devant les Grasshoppers. Parfois inquiétés par la fougue de la formation de Murat Yakin, les Rhénans ont su attendre leur heure pour marquer par Mohamed Elyounoussi (25e) et par Renato Steffen (59e).

Après avoir accusé 8 points de retard sur les Young Boys au soir de la huitième journée, Raphaël Wicky et ses joueurs peuvent penser que le plus dur est fait: revenir dans les roues d'une équipe qui n'a plus gagné le titre national depuis trente-et-un an et demi. Ils peuvent penser que les Young Boys, sous le poids de cette formidable pression, finiront bien par craquer... (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!