Secret bancaire: Le Luxembourg appelle l'Allemagne à baisser le ton
Actualisé

Secret bancaireLe Luxembourg appelle l'Allemagne à baisser le ton

Le Luxembourg a à son tour appelé jeudi l'Allemagne à tempérer ses critiques à l'encontre des paradis fiscaux.

Ces propos interviennent alors que la polémique déjà provoquée en Suisse par des propos du ministre allemand des Finances ne faiblit pas.

«Nous devrions retrouver un ton qui ne soit pas dicté par la taille des Etats mais par les bonnes relations dont nous avons besoin pour pouvoir régler cette crise financière», a déclaré le ministre luxembourgeois du Trésor et du Budget, Luc Frieden, dans une claire allusion à l'Allemagne.

Il s'exprimait devant la presse à son arrivée à un sommet des dirigeants européens à Bruxelles consacré à la crise économique.

Le ministre allemand des Finances, Peer Steinbrück, ne cesse de critiquer les pays pratiquant le secret bancaire, tels la Suisse ou le Luxembourg, très prisés par des milliers de riches contribuables pour y placer leur fortune.

Le week-end dernier, M.Steinbrück, connu pour son franc parler, a comparé les paradis fiscaux aux «Indiens qui fuient devant la cavalerie», face à la menace de figurer sur des listes noires. Des propos qui ont entraîné une levée de boucliers en Suisse, où le Conseil fédéral venait d'annoncer un assouplissement du secret bancaire.

M. Frieden a émis l'espoir d'avoir lors du sommet de l'UE des entretiens avec M.Steinbrück «sur un ton agréable et constructif» à propos des paradis fiscaux.

De son côté, le Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, a invité implicitement l'Allemagne à «tenir compte des sensibilités» des pays concernés sur la question du secret bancaire.

(ats)

Ton opinion