Le Luxembourg subit le contrecoup de la crise financière mondiale
Actualisé

Le Luxembourg subit le contrecoup de la crise financière mondiale

Le Luxembourg, où banques et assurances contribuent à 40% de la richesse nationale créée, va subir le contrecoup des turbulences financières récentes sur les marchés mondiaux.

Le gouvernement a revu mecredi en baisse sa prévision de croissance.

Le produit intérieur brut (PIB) en 2008 devrait ainsi croître de 4,5% au lieu des 5% escomptés encore en août, a souligné le Premier ministre et ministre des Finances du Grand Duché Jean-Claude Juncker. Cette année, il table sur une croissance de 6%.

La révision en baisse du pronostic gouvernemental est liée «aux développements les plus récents» avec «la crise du marché immobilier américain» qui a ébranlé les marchés financiers durant l'été et pèse sur l'activité des grandes banques, selon le gouvernement. Celui-ci s'attend «à un ralentissement de l'expansion de l'activité du secteur financier» l'année prochaine.

La décélération de l'activité n'empêche pas le Luxembourg de continuer à afficher des comptes publics qui font des envieux dans le reste de l'Union européenne. M. Juncker a présenté un projet de budget 2008 avec un excédent de 0,8% du PIB. La dette publique sera limitée à 7% du PIB en 2008, très loin de la limite européenne de 60% du PIB fixée par le Pacte de stabilité.

(ats)

Ton opinion