Berne: Le mafieux de Brigue reste persona non grata
Publié

BerneLe mafieux de Brigue reste persona non grata

Arrêté il y a quinze ans en Valais pour ses liens avec la mafia et ayant purgé quinze ans de prison à Parme, un homme n’est pas autorisé à rentrer en Suisse car il est considéré comme une menace pour la sécurité du pays.

par
jbm
Fortunato Maesano sur une photo tirée des réseaux sociaux.

Fortunato Maesano sur une photo tirée des réseaux sociaux.

FB

L’affaire avait fait grand bruit dans le Haut-Valais. Le 26 octobre 2006, alors qu’il sortait sa voiture du garage, comme tous les matins, Fortunato Maesano a été arrêté par une douzaine de policiers. Un Tribunal de Calabre l'avait condamné par contumace à onze ans de prison pour avoir prétendument fait partie de la plus puissante mafia d'Europe: la 'Ndrangheta. C'est pourquoi la Suisse l'a extradé vers l'Italie.

Mais l’affaire continue de préoccuper le pouvoir judiciaire. Depuis lors, Fortunato Maesano a purgé sa peine dans la prison de haute sécurité de Parme. Il veut maintenant retourner à Brigue auprès de sa femme, de ses trois filles et de ses cinq petits-enfants. Il n'est plus considéré comme une menace en Italie, c'est pourquoi il a été libéré de prison début 2018. Cependant, l'Office fédéral de la police (Fedpol) le considère comme une menace pour la sécurité du pays. Il a donc émis une interdiction d'entrée sur le territoire indiquent les «Schaffhauser Nachrichten». Il s'agit d'une mesure préventive destinée à empêcher de futurs crimes. L'interdiction d'entrée est valable jusqu'en 2033. Fortunato Maesano a 67 ans. Il ne sera donc pas autorisé à retourner dans sa famille à Brig avant ses 80 ans. Des visites de courte durée (pas plus que 37 heures) sont cependant occasionnellement possibles.

Appel rejeté

L’homme a fait appel de cette mesure et, le 12 janvier 2021, le Tribunal administratif fédéral a rejeté sa demande, estimant compréhensible l’évaluation de Fedpol. L’homme indique qu’il ne peut pas regretter ce qu'il n'avait pas fait. Aujourd'hui encore, il clame son innocence. Il pense que toute cette affaire n'est qu'un malentendu et que le système judiciaire italien est corrompu.

Mesures de plus en plus souvent utilisées

L'interdiction d'entrée est une mesure que Fedpol utilise toujours plus. En 2020, l'autorité a considéré 167 étrangers comme une menace pour la sécurité de la Suisse et leur a interdit l'entrée dans le pays. C'est un record. Cette mesure est controversée car, comme dans l'affaire Fortunato Maesano, la décision est souvent fondée sur des procédures pénales étrangères qui ne sont pas examinées par la justice suisse. En outre, comme les évaluations de la menace font référence à des crimes possibles dans le futur, il est difficile pour les personnes concernées de réfuter ces soupçons.

Ton opinion