Football: Le maillot de la «main de Dieu» acheté 9 millions de francs 
Publié

FootballLe maillot de la «main de Dieu» acheté 9 millions de francs 

Le maillot que portait Diego Maradona contre l’Angleterre au Mondial 1986 a battu tous les records de vente aux enchères.

Un employé de Sotheby’s s’occupe du si cher maillot. 

Un employé de Sotheby’s s’occupe du si cher maillot. 

AFP

Le maillot que portait la légende argentine du football Diego Maradona quand il a crucifié l’Angleterre à la Coupe du monde de 1986 a été adjugé pour près de 9,3 millions de dollars (9,1 millions de francs), battant tous les records pour une pièce sportive de collection, a annoncé la maison d’enchères Sotheby’s.

Le précédent record pour un vêtement de sport de collection était détenu par un maillot porté par la légende américaine du base-ball Babe Ruth à la fin des années 1920, vendu en 2019 à 5,6 millions de dollars. Le prix dépasse même le manuscrit du manifeste olympique de 1892 vendu 8,8 millions de dollars en décembre 2019, établissant un record absolu.

La vente se déroulait sur internet depuis le 20 avril. Jusqu’à mercredi, une seule offre avait été enregistrée, à environ 5 millions de dollars. Mais la vente s’est animée dans les toutes dernières minutes, avec plusieurs offres se répondant, jusqu’à atteindre la somme de 9,28 millions de dollars, frais inclus. L’identité du ou des acheteurs n’a pas été dévoilée dans l’immédiat par Sotheby’s.

But de légende

En 1986, Maradona avait échangé son maillot à la fin du match avec le milieu de terrain anglais Steve Hodge, qui en est resté propriétaire pendant plus de 35 ans et l’avait prêté au musée de Manchester. Les deux joueurs ont raconté l’épisode dans un de leurs livres respectifs.

Ce quart de finale à Mexico, lourd de symboles quatre ans après la guerre des Malouines entre l’Angleterre et l’Argentine, est entré dans l’histoire et a contribué à écrire la légende contrastée de Maradona. À la 51e minute, juste après un ballon détourné dans sa surface par Steve Hodge, le capitaine argentin avait marqué de la main – «la main de Dieu», avait dit le joueur – mais le but avait été validé par l’arbitre.

Seulement quatre minutes plus tard, «El Pibe de Oro» avait inscrit un but d’anthologie, élu «but du siècle» lors d’un vote de la FIFA, en partant de son camp et en éliminant quatre joueurs anglais puis le gardien Peter Shilton pour marquer. L’Argentine avait remporté la Coupe du monde.

(AFP)

Ton opinion

7 commentaires