Abattage des chiens: Le maire de Reconvilier menacé de mort
Actualisé

Abattage des chiensLe maire de Reconvilier menacé de mort

Suite à sa décision d'envisager d'abattre les chiens de sa commune dont les propriétaires n'auraient pas payé l'impôt canin annuel de 50 francs, Flavio Torti craint pour son intégrité physique.

par
gco

«L'affaire des chiens de Reconvilier» a pris une tournure inquiétante. La vindicte populaire s'est déchaînée depuis quelques jours au point que le secrétaire communal et le maire de la commune du Jura bernois ont reçu des menace de mort, rapporte jeudi «Le Quotidien Jurassien».

«J'ai reçu plusieurs courriels au ton inquiétants. On m'a ainsi dit que je ne méritais pas la balle qui me tuerait», relate Pierre-Alain Némitz, le secrétaire communal. Il ajoute avoir été notamment qualifié «d'Hitler».

Un Américain veut la peau du maire!

Flavio Torti, maire de Reconvilier depuis 2001 et actuellement en vacances en Espagne, explique avoir aussi eu sa boîte mail polluée par des messages agressifs. «Un ressortissant des Etats-Unis a proféré des menaces de mort à mon égard!», s'inquiète-t-il. «On fait tout un foin pour des chiens qui ne seront sûrement jamais menacés, mais on ne parle jamais du village ou de la région lorsque des choses intéressantes s'y produisent», poursuit l'élu de 47 ans.

Flavio Torti a précisé par ailleurs que le dossier devrait revenir sur la table du Conseil municipal lors de sa prochaine séance qui aura lieu lundi 17 janvier, rapporte le site RJB.ch.

Cela concerne à peine 10 chiens!

Au niveau de la population canines menacées, «Le Quotidien Jurassien» donne quelques chiffres. Sur les 205 chiens recensés actuellement dans la commune (contre 240 il y a 3 ans), seuls 10 sont encore concernés par une taxe impayées. «Dix propriétaires sont passé à la caisse depuis les différentes publications dans les médias. Nous avons même eu cinq nouveaux chiens annoncés à la commune», ajoute Pierre-Alain Némitz.

C'est donc une somme de 500 francs qui doit encore être récupérées par les autorités. Ce qui est bien peu en comparaison des 1,3 millions de francs de factures ouvertes pour les diverses taxes et impôts communaux, souligne le journal jurassien.

Ton opinion