Genève: Le maire remis à l'ordre par ses collègues
Actualisé

GenèveLe maire remis à l'ordre par ses collègues

Le maire de Genève Manuel Tornare s'est fait sermonner vendredi par ses collègues du conseil administratif.

Ces derniers lui reprochent ses interventions intempestives dans les médias à propos de la politique salariale de la Ville.

Dans un communiqué, le conseil administratif a indiqué regretter l'attitude de M. Tornare, qui argue «de sa qualité de maire pour arbitrer une négociation dans laquelle il est en réalité partie prenante au titre d'employeur, théoriquement solidaire de ses collègues».

Selon l'exécutif, le maire a pris ou suggéré certaines décisions qu'il a ensuite critiquées. Il a notamment fait part de son opposition à la tenue d'une conférence de presse sur la réforme du statut du personnel, alors que cette rencontre avec les médias avait été confirmée à l'unanimité du conseil administratif.

M. Tornare a aussi refusé de conditionner le versement des annuités extraordinaires 2008 à la tenue de négocations non-stop sur une semaine. Or, ce principe a été négocié entre le conseil administratif et les partis représentés à l'exécutif. «Le maire l'a même présenté aux chefs de groupe de la majorité municipale».

Chacune de ces positions a fait l'objet d'une décision protocolée qui ne souffre d'aucune ambiguïté, a souligné le conseil administratif, fâché par les «contrevérités proférées par le maire». L'exécutif municipal attend de ses membres qu'ils respectent les décisions prises collégialement. (ats)

Ton opinion