Ebola: Le malade du Texas est dans un état très grave
Actualisé

EbolaLe malade du Texas est dans un état très grave

Le Libérien, premier malade d'Ebola diagnostiqué aux Etats-Unis, est dans un état très grave, a indiqué samedi l'hôpital de Dallas au Texas où il est traité.

Son état s'est donc aggravé par rapport à vendredi où le dernier bulletin parlait d'état «grave». La porte-parole du centre hospitalier Texas Health Presbyterian Hospital n'a donné aucune autre précision. Par ailleurs, les autorités sanitaires américaines ont indiqué samedi que toutes les personnes ayant été en contact direct avec le patient, ne présentaient aucun symptôme.

«Nous avons identifié jusqu'à maintenant neuf personnes dont on est sûr qu'elles ont été en contact avec le malade, des membres de sa famille et du personnel soignant», a indiqué le Dr Tom Frieden, le directeur des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) lors d'une conférence de presse.

Des personnes sous surveillance

Outre ce groupe revu à la baisse par rapport à la veille, «nous avons également identifié 46 personnes pour lesquelles nous ne pouvons pas écarter avec certitude des contacts avec ce patient», a-t-il ajouté.

Mais pour le moment, «aucune des 45 personnes sur les 46 qui ont déjà été examinées, ni les neuf personnes les plus à risque, n'ont montré de symptômes d'Ebola comme de la fièvre», a souligné le Dr Frieden. Il a ajouté que toutes ces personnes étaient surveillées de près jusqu'à la fin de la période d'incubation estimée à 21 jours.

Deux guérisons en Europe

L'OMS estime que l'épidémie est devenue une question d'urgence sanitaire internationale et les gouvernements américain, cubain et britannique ont annoncé l'envoi de soldats et d'équipes médicales. Le Pentagone a ainsi précisé vendredi que le contingent de soldats qui sera déployé en Afrique de l'Ouest était porté de 3000 à 4000.

En France, la jeune infirmière française, volontaire de l'organisation Médecins sans frontières (MSF) et contaminée par le virus Ebola lors d'une mission au Liberia, «est désormais guérie et a quitté l'hôpital», a annoncé samedi la ministre de la Santé Marisol Touraine dans un communiqué.

Rapatriée le 19 septembre en France, la jeune femme, premier cas d'Ebola sur le territoire français, a été soignée dans un hôpital militaire en banlieue parisienne, où elle a bénéficié de «traitements expérimentaux».

En Allemagne, l'hôpital de Hambourg a annoncé samedi qu'un expert sénégalais de l'OMS, atteint par le virus, était également guéri et avait pu quitter l'hôpital vendredi.

L'ONU mobilise des moyens

La mission des Nations unies pour lutter contre l'épidémie de fièvre Ebola a annoncé vendredi l'envoi en Afrique de l'Ouest de cinq hélicoptères, de véhicules pour transporter les patients et de motos afin d'atteindre certaines communautés isolées. L'OMS avance actuellement le chiffre de 3439 morts sur 7492 cas suspects recensés.

«Nous devons agir aussi vite que nous le pouvons car plus le temps passe et plus les gens meurent, ce qui n'est pas acceptable», a déclaré Anthony Banbury, le diplomate américain qui dirige la Mission de l'ONU pour une réponse d'urgence à Ebola (UNMEER).

M. Banbury, s'exprimant devant la presse à Freetown, en Sierra Leone, a précisé que les efforts se concentreraient sur la logistique afin de donner aux équipes d'aide de meilleurs moyens de transport et pour dépister les cas de contacts potentiels avec des personnes contaminées. (ats)

Ton opinion