Otages du Sahara: Le Mali fait tout pour la libération des derniers otages
Actualisé

Otages du SaharaLe Mali fait tout pour la libération des derniers otages

Le Mali est «en train de tout faire» pour que les deux otages suisse et britannique toujours détenus dans le nord du pays «soient libérés sains et saufs», a affirmé samedi le président malien Amadou Toumani Touré.

Les deux hommes avaient été enlevés en janvier avec deux femmes libérées mercredi.

»Nous sommes en train de tout faire, dans un cadre humanitaire, pour que l'ensemble de ces otages soient libérés sains et sauf. A tort ou à raison, nous avons maintenant une réputation de négociateurs», déclare M. Touré dans un entretien publié samedi par le quotidien algérien «El Watan».

Les deux touristes européens sont détenus par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Cependant, le président malien estime que la lutte contre les salafistes ne relève pas de son seul pays. «Les salafistes (...) sont dans la bande sahélo-sahélienne et non pas uniquement dans le nord du Mali. Ils voyagent beaucoup, se déplacent tout le temps», dit-il.

M. Touré souligne les «menaces qui pèsent sur cette région», lieu de tous les trafics: cigarettes, armes, munitions et drogue, sans compter les passeurs de clandestins et la présence des salafistes de l'Aqmi, dit-il.

C'est la «raison pour laquelle le Mali a proposé l'organisation d'une conférence à Bamako sur la paix et le développement» qui dégagerait «un plan commun pour gérer ensemble cette bande sahélo- sahélienne qui nous échappe à tous», ajoute M. Touré.

Cette réunion des chefs d'Etat de la région (Mali, Niger, Algérie, Tchad, Libye, Mauritanie, Burkina Faso), plusieurs fois repoussée, n'a pas encore eu lieu.

Le chef de l'Etat souligne en outre «qu'aucune prise d'otage n'a eu lieu au Mali» et affirme en outre que son pays «n'acceptera jamais de servir dans une quelconque transaction financière entre les ravisseurs et les pays d'origine» des otages.

M. Touré demande également aux pays où les otages sont enlevés et dont «la responsabilité ne doit pas être occultée» de mieux surveiller leurs frontières. Les derniers enlèvements d'otages occidentaux dans la bande sahélienne ont eu lieu au Niger et dans une zone entre le Mali et le Niger.

(ats)

Ton opinion