Zurich: Le manager se masturbait sous les yeux d'écolières
Actualisé

ZurichLe manager se masturbait sous les yeux d'écolières

Un jeune homme de Meilen (ZH) s'est touché devant au moins huit filles mineures, entre octobre 2014 et juin 2015. Il vient d'écoper d'une peine pécuniaire avec sursis.

par
att/ofu

Jusqu'en automne 2014, la vie du trentenaire - qui a récemment été condamné par la justice zurichoise - semblait sans histoires. Du moins, jusqu'au 1er octobre. Car ce jour-là, le manager de 31 ans a coupé la route à une écolière de 14 ans à Oetwil am See (ZH). Il s'est garé sur le trottoir que l'ado empruntait avant de baisser sa fenêtre et de se masturber devant sa victime. S'est ensuivie alors une série d'agressions, qui a perduré jusqu'en été 2015.

Le 16 janvier 2015, le prévenu a sévi à Uster (ZH). Comme la première fois, il a barré le chemin à deux filles de 11 et 12 ans. Allongé dans son auto, il s'est touché le sexe avant de prendre la fuite. A peine quatre jours plus tard, le trentenaire a récidivé dans la même localité sous les yeux choqués d'une écolière de 11 ans.

L'accusé avoue les faits

Le 23 janvier, il est revenu sur son premier terrain de chasse et a importuné la même écolière de 14 ans qu'il avait déjà agressée trois mois plus tôt, à Oetwil am See.

Le manager a par la suite encore sévi une fois à Esslingen (ZH) et trois fois à Uster avant de se faire interpeller par la police en juin 2015. La procureure chargée de l'affaire a confirmé à nos collègues de «20 Minuten» que le trentenaire, domicilié à Meilen (ZH), a avoué les faits lors de l'interrogatoire qui a suivi son arrestation.

Toujours le même mode opératoire

L'enquête a permis de révéler que le mode opératoire du manager était à chaque fois le même: toutes les agressions ont eu lieu soit le matin alors qu'il se rendait au travail, soit en fin de journée lorsqu'il rentrait chez lui. Le jeune homme n'a par ailleurs jamais quitté son auto. Les policiers ont pu identifier huit victimes, toutes des écolières âgées de 10 à 15 ans.

Le Ministère public zurichois a récemment condamné le prévenu par ordonnance pénale à une peine pécuniaire avec sursis de 180 jours-amende à 110 francs pour actes d'ordre sexuel avec des enfants. Il a aussi écopé d'une amende de 3960 francs. On ignore s'il devra payer des dommages et intérêts à ses victimes.

Ton opinion