Confédération: Le manque de moyens de contrôle dénoncé
Actualisé

ConfédérationLe manque de moyens de contrôle dénoncé

Le président sortant du Conseil national, Ruedi Lustenberger, réclame plus de moyens pour les commissions de gestion du Parlement fédéral, pointant notamment le naufrage d'Insieme.

Ruedi Lustenberger: «Beaucoup de choses passent au travers des mailles du filet sans que nous ne le remarquions».

Ruedi Lustenberger: «Beaucoup de choses passent au travers des mailles du filet sans que nous ne le remarquions».

«Si nous voulons un bon équilibre entre pouvoirs législatif et exécutif, nous devons renforcer le contrôle parlementaire», déclare le démocrate-chrétien lucernois à la veille de passer la main.

Et Ruedi Lustenberger de citer l'exemple du projet informatique Insieme, dimanche dans une interview à la «Zentralschweiz am Sonntag». Les commissions de gestion doivent aussi pouvoir critiquer la conduite de l'administration, estime-t-il.

Les commissions de gestion (du National et du Conseil des Etats) sont composées de 25 respectivement 13 parlementaires, alors que l'administration compte 30'000 employés. «Beaucoup de choses passent au travers des mailles du filet sans que nous ne le remarquions», précise le Lucernois, qui a présidé la commission de gestion du National de 2012 à 2013.

M.Lustenberger donne pour exemple le fait que certains offices de l'administration échappent ainsi à tout contrôle pendant six ans, voire plus, parce que les ressources manquent, s'inquiète-t-il. «C'est pourquoi nous devons surtout augmenter les moyens du secrétariat des commissions de gestion, qui effectuent déjà un bon travail», exhorte M. Lustenberger.

Mais les contrôles ne suffisent pas. Il faut aussi un suivi, «pour voir si les corrections ont effectivement été réalisées». (ats)

Ton opinion