Polémique en France: Le mariage pour tous «contre nature»: une ministre sous le feu des critiques

Publié

Polémique en FranceLe mariage pour tous «contre nature»: une ministre sous le feu des critiques

Caroline Cayeux, ministre chargée des Collectivités territoriales, est visée par une plainte pour «injure publique» déposée par des associations antihomophobie.

Caroline Cayeux est visée par une plainte.

Caroline Cayeux est visée par une plainte.

AFP

Plusieurs associations antihomophobie ont annoncé mercredi avoir déposé une plainte à Paris contre la ministre déléguée des Collectivités territoriales, Caroline Cayeux, qui a «maintenu» ses propos passés sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, un «dessein contre la nature».

Cette plainte, envoyée mercredi au Parquet de Paris et dont l’AFP a eu connaissance, a été déposée par les associations Mousse, STOP homophobie, Sports LGBT, Éducation LGBT, Familles LGBT et ADHEOS. L’infraction visée est l’injure publique envers un groupe de personnes en raison de leur orientation sexuelle par une personne dépositaire de l’autorité publique.

«Contre la nature»

«Public Sénat» a demandé mardi à Mme Cayeux si elle maintenait d’anciennes «déclarations sur le mariage pour tous et l’adoption pour les couples de même sexe, qualifiées de réforme de caprice et de dessein qui va contre la nature». La ministre a d’abord dit: «Je ne pense pas avoir parlé de caprice (…). Je maintiens évidemment mes propos. Mais j’ai toujours dit que la loi, si elle était votée, je l’appliquerais», a-t-elle ajouté.

Au Sénat en avril 2013, pendant les débats ayant abouti à l’adoption de cette loi, Mme Cayeux avait indiqué que «l’exigence du mariage homosexuel, et l’adoption des enfants qui va avec, n’est pas simplement un dessein qui va contre la nature». Pour elle, il s’agissait d’une «fuite en avant» avec le risque de «dégâts» si «plus rien n’arrête le désir».

Mardi, sur «Public Sénat», Mme Cayeux a aussi ajouté: «Je dois vous dire quand même que j’ai beaucoup d’amis parmi ces gens-là. Franchement, c’est un mauvais procès qu’on me fait et ça m’a beaucoup contrariée.» «Je n’ai jamais fait partie de La Manif pour tous, je n’ai jamais défilé, que les choses soient claires», a aussi indiqué la ministre.

Très critiquée sur les réseaux sociaux, Mme Cayeux a ensuite tweeté: «Mes propos ont blessé nombre d’entre vous. Je les regrette profondément, ils étaient naturellement inappropriés. L’égalité des droits doit toujours être une priorité de notre action.»

«Je demande sa démission»

Dix ans après le vote du mariage pour tous, «ces propos sont outrageants pour les personnes homosexuelles», estime Me Étienne Deshoulières, avocat des associations. «On ne peut pas avoir un gouvernement qui prétend lutter contre les discriminations que nous subissons et une ministre qui s’autorise à dire ça. Je demande sa démission», a ajouté Terrence Khatchadourian, secrétaire général de STOP homophobie, à l’AFP.

À l’issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a souligné que Caroline Cayeux fait «partie d’un gouvernement et d’une majorité qui ont démontré par les faits et par leur action résolue depuis cinq ans lutter contre les discriminations, les discriminations de genre et les discriminations fondées sur la sexualité». Et d’ajouter: «Caroline Cayeux a eu l’occasion d’ailleurs de clarifier ses propos dans un tweet hier, je pense que le débat est désormais clos.»

«La règle n’est pas d’appuyer sur la tête d’un collègue déjà sous l’eau…» commente un autre membre du gouvernement auprès de l’AFP. «C’est une sénatrice, de droite, de 73 ans… C’est un truc de logiciel pour elle (…) mais c’est une connerie. Je pense que son cabinet a dû sortir les rames pour écrire son tweet hier», a-t-il estimé.

Pour sa part, le ministre délégué aux Transports a répondu aux propos de sa consœur au Ministère de la transition énergétique et de la cohésion des territoires. Clément Beaune a qualifié les propos de Caroline Cayeux sur le mariage pour tous d’«extrêmement blessants» au micro de Ruth Elkrief sur LCI.

(AFP)

Ton opinion