Actualisé

«Mise au point»Le MCG estime que la RTS a «dérapé»

Eric Stauffer, président du Mouvement citoyens genevois (MCG) estime que la RTS a «dérapé», lors de l'émission «Mise au point» du 7 mars.

Le MCG va déposer une plainte auprès du médiateur et de l'Autorité indépendante d'examen des plaintes.

«Je mets en cause l'honnêteté, la probité et l'impartialité de la Télévision suisse romande lors du reportage intitulé 'L'esprit de famille', diffusé dans l'émission 'Mise au point' du 7 mars», a indiqué à l'ATS Eric Stauffer. Il confirmait une information parue dans la «Tribune de Genève» de samedi.

Guet-apens

Une plainte sera déposée lundi matin auprès de l'Organe de médiation de la Radio télévision suisse (RTS) et de l'Autorité indépendante d'examen des plaintes en matière de radio-télévision (AIEP). L'auteur de celle-ci, le député MCG Mauro Poggia, estime que l'émission incriminée «a clairement violé l'article 4 de la Loi sur la radio-télévision».

«J'ai participé en direct à cette émission à laquelle j'avais été convié pour parler du Mouvement citoyen romand (MCR)», a expliqué Eric Stauffer. «Je me suis trouvé pris au piège, un véritable guet-apens, mais je n'ai pas voulu créer un incident en direct».

Montage «partial»

En revanche, le président du MCG rappelle qu'il a réagi «immédiatement sur le plateau», en dénonçant «le montage partial» réalisé lors du reportage.

«Les journalistes ont laissé imaginer que le MCG et les candiats à la tête des futures sections neuchâteloise et vaudoise,- respectivement David L'Epée et Jonathan Newton - étaient des xénophobes, des homophobes et des anti-sémites», explique M. Stauffer.

Selon lui, ces personnes dénonçaient au contraire «les dérives incriminées par les images diffusées». Le reportage a fait un flash- back sur une action de contre-affichage, menée en mars 2008 par Unité Populaire, un groupement de «libres-penseurs».

Traumatisme au MCG

Selon Mauro Poggia, «il s'agissait d'une action de protestation contre la teneur pornographique de certaines affiches d'une campagne ponctuelle de 'Stop Sida' et les auteurs du reportage laissent croire délibérément qu'Unité Populaire aurait milité contre 'Stop Sida' et contre les victimes de cette maladie».

Le MCG indique encore que ce reportage «fut un véritable traumatisme» pour les membres du parti. Enfin, il estime «que les règles élémentaires de la loyauté journalistique ont été violées».

Il va donc saisir l'organe de médiation de la RTS dans le délai requis de vingt jours à compter de la diffusion de l'émission, ainsi que l'AIEP, qui devra donner son avis sur cette affaire.

Porte-parole de la RTS, Barbara Stutz a indiqué que cette dernière «prend acte». Elle n'a pas souhaité se prononcer sur le fond de l'affaire, n'ayant pas encore eu connaissance du contenu de la plainte.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!