Votation sur l'immigration: Le MCG Poggia se démarque de son parti
Actualisé

Votation sur l'immigrationLe MCG Poggia se démarque de son parti

Le conseiller d'Etat genevois MCG Mauro Poggia regrette que son parti ait soutenu l'initiative UDC «Contre l'immigration de masse».

L'acceptation de ce texte par le peuple suisse est une mauvaise nouvelle pour Genève, a estimé le magistrat, élu l'automne dernier, dans une interview parue vendredi dans la «Tribune de Genève».

«L'introduction des contingents est une mesure suicidaire qui risque de dissuader les entreprises de se développer sur Genève ou de venir s'y installer», a poursuivi M. Poggia. «L'histoire dira dans dix ans qui a eu tort ou raison. En l'état, je persiste», a-t-il ajouté.

Le conseiller d'Etat a précisé que sa position n'était pas isolée au sein du Mouvement Citoyens genevois (MCG) et que la direction de son parti comprenait son point de vue. M. Poggia a dit regretter l'alignement du MCG sur l'UDC.

Le conseiller d'Etat ne veut pas non plus noircir à outrance le tableau. «Il est possible que tout finisse bien (...), que ce vote déclenche des révisions et que l'Europe en revienne à un protectionnisme salutaire.»

Interrogé par la «Tribune de Genève», le président d'honneur du MCG, Eric Stauffer, estime normale la survenue de telles divergences. «Mauro Poggia joue son rôle de conseiller d'Etat et le MCG celui de deuxième force du canton.»

Pour M. Stauffer, M. Poggia a tort. «En son temps, Berne n'a pas su établir des quotas pour les frontaliers comme il en a établi pour certains pays de l'Union européenne. Maintenant, il y en a, et il est trop tôt pour dire s'ils seront mauvais pour l'économie.» (ats)

Ton opinion