Argovie: Le médecin-chef bidouillait régulièrement ses factures
Actualisé

ArgovieLe médecin-chef bidouillait régulièrement ses factures

Scandale à l'hôpital cantonal d'Argovie: des audits ont révélé qu'un médecin-chef a falsifié au moins 500 de ses honoraires. La direction savait, mais n'a rien dit.

par
cht/nxp
L'hôpital cantonal d'Argovie

L'hôpital cantonal d'Argovie

Keystone

C'est un petit scandale dans le canton d'Argovie que lance jeudi l'«Aargauer Zeitung». Le journal révèle en effet une fraude massive dans les factures d'un médecin-chef de l'hôpital cantonal. Celui-ci aurait falsifié plus de 500 honoraires. Tant la direction que le conseil d'administration et les services de santé étaient au courant.

L'hôpital avait admis en mars dernier qu'un contrôle interne avait révélé des problèmes comptables chez un médecin du service d'angiologie ces 3 dernières années. Vendredi, le gouvernement a reconnu également deux cas isolés lors de la séance du Grand Conseil. Mais, selon le quotidien, l'ampleur de la fraude est bien plus grande. Et l'hôpital le savait depuis 2016 au moins, puisqu'il a fait mener deux audits externes sur les irrégularités comptables du médecin, cela à la suite de dénonciations de ses collègues.

Un tiers des factures étaient falsifiées

Un rapport de juillet 2016 explique en effet que les irrégularités dénoncées étaient avérées. Sur quelque 95 factures prélevées et examinées entre août et novembre 2015, 30% étaient falsifiées. Concrètement, le médecin-chef facturait à son compte les prestations des assistants et des chefs de service. Et il ne s'agit pas d'erreurs de calcul, affirment les contrôleurs externes. Le médecin-chef manipulait délibérément et systématiquement au moins une facture sur trois.

Un deuxième rapport, remis à l'hôpital cantonal mi-janvier 2017, est tout aussi accusateur. Durant les années 2014 et 2015, le médecin-chef facturait carrément des prestations pour des journées où il n'était pas de service. Il a ainsi reçu des rémunérations pour au moins 507 réunions auxquelles il aurait prétendument participé alors qu'il était absent, voire en vacances à l'étranger.

Sommes remboursées

Le comportement de ce médecin-chef, depuis 2001 à l'hôpital cantonal, a été sanctionné, explique l'«Aargauer Zeitung». Selon l'établissement, il a déjà dû rembourser «une somme à quatre chiffres». Il y a un hic: l'hôpital a changé de système de tarification il y a trois ans. Sa porte-parole affirme que tous ses comptes ont été examinés durant cette période.

Quant aux fraudes qui se sont déroulées avant, l'hôpital rappelle qu'il n'y a pas eu de dommages, ni pour les patients ni pour les assureurs, et que le praticien indélicat a entièrement remboursé à son employeur les sommes perçues indûment.

Quant au gouvernement, qui était également au courant de ces audits, il n'a pas souhaité prendre de mesures. Il justifie sa décision par une lettre du procureur général en décembre 2017, dans laquelle celui-ci déclare qu'après un examen attentif, «aucune conduite criminelle ne pouvait être prouvée et qu'il n'y avait donc pas d'infraction criminelle».

Ton opinion