Actualisé 14.10.2015 à 21:08

Hockey

Le meilleur départ depuis 38 ans pour le Canadien

Montréal a remporté ses quatre premiers matches de la saison en NHL. Et les suiveurs se mettent à rêver.

de
Emmanuel Favre
Même la superstar Sidney Crosby ny peut rien: Carey Price et les Montréalais sont en feu!

Même la superstar Sidney Crosby ny peut rien: Carey Price et les Montréalais sont en feu!

Quatre matches (tous à l'extérieur), quatre victoires et une première place dans la hiérarchie: le Canadien de Montréal – l'organisation la plus titrée de la NHL (24 Coupes Stanley), mais qui n'a plus gagné depuis 1993 – connaît sa meilleure entame de saison depuis 38 ans.

Du coup, la ville québécoise s'enflamme pour le Tricolore et les gazettes rêvent d'un printemps glorieux. Hier, quelques heures après la quête des deux points à Pittsburgh, l'édition électronique de «La Presse» titrait: «Le Canadien n'avait pas commencé sa saison avec quatre victoires de suite depuis 1977. Coïncidence? Cette saison-là s'était conclue avec un défilé de la Coupe Stanley…» Le constat n'a pas non plus échappé au «Journal de Montréal», qui se montre plus prudent: «Il ne faut pas tomber dans le piège des comparaisons. Le Canadien des années 1970 représentait l'une des plus belles dynasties de l'histoire du hockey.»

Cristobal Huet, le gardien du Lausanne HC qui avait ­défendu le filet de Montréal de 2005 à 2008, raconte: «Le management fait un énorme boulot. Il a une ligne de conduite, il accorde sa confiance aux jeunes.» Et il peut compter sur Carey Price, probablement le meilleur portier de la Ligue. «Il est vraiment très fort, insiste Huet, qui avait dû quitter le Canadien pour faire de la place à Price. Je l'admets aujourd'hui quand je vois les ­performances de Carey: en m'échangeant, le club avait fait le bon choix.»

Twitter @emfavre

Toronto s'en serait bien passé

Pour la deuxième année consécutive, les Toronto Maple Leafs ont obtenu le titre peu honorifique de «pire équipe sportive professionnelle en Amérique du Nord», selon un classement établi par ESPN. Pour établir sa hiérarchie, le média américain a analysé quatre critères: un sondage effectué auprès des supporters pour mesurer leur retour sur investissement, l'impression ressentie par les ­spectateurs à l'intérieur du stade, la performance de l'équipe et une enquête à l'échelle nationale visant à savoir si les attentes du public sont (ou non) satisfaites. Les Maple Leafs, qui n'ont participé qu'une fois aux play-off lors des dix dernières années, sont sanctionnés: le spectacle proposé ne vaut pas les 139 dollars du prix moyen d'un billet.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!