Tennis - Roland-Garros: «Le meilleur sentiment de ma vie sur un court»
Actualisé

Tennis - Roland-Garros«Le meilleur sentiment de ma vie sur un court»

Au lendemain de sa victoire sur Novak Djokovic en finale de Roland-Garros, Stan Wawrinka détaille à tête reposée quelques aspects de son exploit.

par
Laurent Morel
Paris
1 / 44
12.06 Comme Stan Wawrinka l'avait annoncé, sa tenue et son fameux short sont entrés au Musée de la Fédération française de tennis à Roland-Garros, comme le confirme un tweet du compte officiel du tournoi.

12.06 Comme Stan Wawrinka l'avait annoncé, sa tenue et son fameux short sont entrés au Musée de la Fédération française de tennis à Roland-Garros, comme le confirme un tweet du compte officiel du tournoi.

twitter/Roland-Garros
08.06 Stan a posé devant la Tour Eiffel au lendemain de sa victoire à Roland-Garros.

08.06 Stan a posé devant la Tour Eiffel au lendemain de sa victoire à Roland-Garros.

Gonzalo Fuentes
Etienne Laurent

Le jour d'après

«Je me sens bien, apaisé et très heureux, a déclaré Stan Wawrinka au lendemain de son exploit. J'ai revu des images de ce qui s'est passé hier (ndlr: dimanche). De battre le No 1 mondial en finale, c'était simplement incroyable. Dominer une nouvelle fois après l'Australie les deux meilleurs joueurs mondiaux (Federer et Djokovic cette fois) au cours d'un tournoi du Grand Chelem, c'est extraordinaire.» Il est également revenu sur son tournoi, qu'il a traversé «tranquillement, sans se mettre de pression». «J'ai pu profiter de la quinzaine», s'est-il réjoui.

Sa soirée

Le héros du jour a rejoint son hôtel vers 21h dimanche après une journée plus que chargée. Interrogé ce lundi sur la façon dont il a célébré, il a d'abord plaisanté: «Bonne question, je ne sais pas si je m'en rappelle», avant de détailler sa soirée: «J'ai pris une heure pour moi et ensuite on a fait une petite fête autour du dîner avec ma famille, mes amis et mon équipe. Quelque chose de simple, de relax. On est resté à l'hôtel. Je ne suis pas le gars qui cherche à sortir. Je préfère rester avec mes proches, avoir du temps à partager avec ceux qui m'ont soutenu.»

Les félicitations

Adepte de Twitter, «Stanimal» n'avait pas encore eu le temps de «checker» son compte sur le réseau social ce lundi midi. «Je suis triste car je ne suis pas sûr de pouvoir revenir suffisamment en arrière pour tout voir, a-t-il rigolé. Cela va être une grosse déception pour moi aujourd'hui.» Plus sérieux, le Vaudois a expliqué qu'il avait reçu les compliments de Roger Federer: «Il m'a écrit un SMS et a essayé de m'appeler hier juste avant la conférence de presse, mais je n'ai pas eu le temps de lui répondre. Il est toujours très content pour moi et me soutient beaucoup. Je sais qu'il est vraiment heureux pour moi. Ça fait plaisir.»

Son cadeau

Stan Wawrinka n'a pas la folie des grandeurs et ne compte pas changer de vie après son succès à Paris. Il se «contentera» du trophée. Enfin presque. Au détour d'une conversation avec son entraîneur Magnus Norman il y a quelques jours, les deux hommes s'étaient dits qu'ils devraient s'offrir un petit présent en cas de titre. Lequel? «Je ne sais pas encore mais vous serez tenus au courant sur Twitter», a assuré «Stanley».

Son niveau jeu

De l'avis de tous, les coups de Stan Wawrinka ont été d'une rare intensité dimanche sur le court Philippe Chatrier. La qualité de son tennis a ébloui tous ceux qui ont suivi son duel face à Novak Djokovic. «Le plus important reste toutefois de gagner le dernier point du match, a rappelé le joueur né à Lausanne. Je suis évidemment content de bien jouer, et hier (dimanche), j'ai eu le meilleur sentiment de ma vie sur un court. J'avais la possibilité d'envoyer la balle où et comme je le désirais. C'est rare d'avoir cette possibilité et c'est vraiment spécial d'avoir pu jouer comme ça en finale d'un tournoi du Grand Chelem.»

Le mental

Depuis son arrivée comme coach en 2013, Magnus Norman a su apporter à Stan Wawrinka la dose de confiance qui lui manquait. «C'est naturel avec lui, a relevé le Vaudois. Il me dit parfois certaines petites phrases qui me restent. Par exemple, lorsqu'on a commencé à travailler ensemble, en avril 2013 à Lausanne, il m'a dit qu'il serait présent au Masters de fin de saison. Je lui ai répondu: quoi?!? J'étais 19e mondial à ce moment-là…»

Sa place dans le gotha du tennis

Cette semaine, «Iron Stan» a gagné cinq rangs au classement ATP pour pointer au 4e rang mondial (3e à la Race). Le niveau de jeu du joueur âgé de 30 ans pourrait-il lui permettre de parvenir un jour au sommet de la hiérarchie? «Ce n'est pas mon objectif, a-t-il expliqué. J'en suis très loin, surtout avec Novak qui rafle quasiment tout depuis le début de l'année.» Arriver aussi haut est déjà une immense surprise pour le gamin de Saint-Barthélemy: «Il y a encore deux ans, je n'imaginais jamais remporter un Grand Chelem. Je voulais juste jouer à mon meilleur niveau et j'étais déjà content de pouvoir rencontrer des joueurs incroyables comme Roger, Rafa, Novak ou Andy. Ils m'ont poussé à m'améliorer. A travailler plus dur pour trouver des solutions.»

Sa place dans l'histoire

En gagnant à Roland-Garros, Stan Wawrinka a réussi là où de nombreux grands champions ont échoué, à l'image par exemple de Novak Djokovic. C'est le seul grand titre qui manque encore au Serbe. Mais il n'est pas le seul. John Newcombe, Jimmy Connors, Stefan Edberg, Boris Becker, Pete Sampras et John McEnroe n'ont jamais réussi à soulever la Coupe des Mousquetaires au cours de leur carrière. «Je n'imaginais pas mon nom à côté de champions qui ont gagné à la Porte d'Auteuil, a concédé «Stan The Man». C'est vraiment un sentiment étrange.»

Ses objectifs

«Je ne pense pas que je vais gagner Wimbledon et l'US Open. Je ne me sens pas capable de gagner les quatre tournois du Grand Chelem, du moins pas avant de l'avoir fait», a souligné le droitier de Saint-Barthélemy. Mon but, c'est déjà d'être plus constant, de pouvoir enchaîner les bons résultats.» La confiance emmagasinée à Paris pourrait lui être d'une bonne aide.

La suite

Après un retour en Suisse «probablement mardi» et quelques jours de répit, Stan Wawrinka va attaquer sa saison sur gazon au Queen's, dans une semaine. Il tentera ensuite de briller à Wimbledon, dans le seul tournoi majeur dans lequel il n'a jamais atteint le dernier carré. Son meilleur résultat est un quart de finale, acquis l'an passé (il s'était incliné contre Roger Federer).

Ton opinion