Nigeria: Le Mend annonce un «cessez-le-feu» dans sa guerre du pétrole
Actualisé

NigeriaLe Mend annonce un «cessez-le-feu» dans sa guerre du pétrole

Le principal groupe armé du sud du Nigeria, le MEND, a décrété dimanche un «cessez-le-feu unilatéral» dans sa guerre du pétrole dans le delta du Niger.

La veille, il avait menacé de poursuivre ses actions jusqu'à ce que les exportations de brut du pays soient réduites à «zéro».

«A partir de 01h00, le 21 septembre 2008, une semaine exactement après avoir lancé nos représailles, le MEND entamera un cessez-le- feu unilatéral et ce jusqu'à nouvel ordre», a déclaré le groupe armé dans un communiqué.

Dimanche dernier, le MEND avait lancé une «guerre du pétrole» sous le nom de code «Ouragan Barbarossa» et avait ensuite revendiqué quotidiennement des attaques contre des installations pétrolières, appartenant essentiellement à la compagnie anglo- néerlandaise Shell.

Obligations suspendues

Shell, qui n'avait confirmé que deux des six attaques revendiquées par le groupe armé, a déclaré vendredi soir l'état de «force majeure» sur ses chargements de brut léger au terminal de Bonny «en raison des pertes de production causées par les récentes attaques».

La mesure permet à la compagnie de suspendre ses obligations contractuelles, telles que les livraisons de pétrole et de gaz, à la suite d'événements imprévus, sans encourir de pénalités. Shell n'a pas indiqué quelle quantité de brut était désormais concernée et combien de temps cette mesure serait en place.

Cible

Shell a évacué par précaution en début de semaine plusieurs dizaines d'employés de certains sites, plus d'une centaine selon une source du secteur pétrolier.

La compagnie anglo-néerlandaise est actuellement la cible de prédilection des groupes armés du sud du Nigeria, où opèrent de nombreuses sociétés pétrolières internationales parmi lesquelles Exxon Mobil, Total ou encore StatoilHydro.

Des installations de la compagnie américaine Chevron ont aussi été attaquées cette semaine, dans l'Etat de Rivers.

Lancé en 2006

Apparu début 2006, le MEND (Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger) affirme se battre pour les populations locales et un meilleur partage des richesses pétrolières. Il a multiplié attaques, enlèvements d'expatriés et sabotages.

«Nous attendons du gouvernement qu'il prenne au sérieux nos demandes, qu'il mette en place un véritable fédéralisme, y compris un fédéralisme fiscal comme pratiqué dans toutes les véritables républiques fédérales à travers le monde», demande le MEND.

Pays le plus peuplé du continent avec 140 millions d'habitants, deuxième producteur de brut en Afrique subsaharienne, le Nigeria est une république fédérale composée de 36 Etats.

(ats)

Ton opinion