Hockey sur glace: Le message poignant de Philippe Seydoux

Actualisé

Hockey sur glaceLe message poignant de Philippe Seydoux

L'ancien défenseur de Bienne, Fribourg-Gottéron et Lausanne a des problèmes de santé dont il a tenu à faire part. Actuellement sous contrat à Langenthal, Philippe Seydoux ne patine plus.

par
Grégory Beaud
Studio Rude – Rahel Schneuwly

Depuis le début de sa carrière, Philippe Seydoux a pas mal bourlingué. Berne, Kloten, Fribourg-Gottéron, Bienne, Lausanne, la Finlande, le Canada, Langenthal, Langnau. Bref, l'ancien défenseur international junior a vécu plusieurs expériences parsemées de hauts et de bas. Plus que ses performances, ce sont ses blessures et maladies qui ont rythmé un parcours de vie compliqué. Commotions, fractures du coude, blessures aux abdominaux. Un vrai dictionnaire médical à lui seul. Mais c'est en été 2014 qu'il a subi le plus gros coup d'arrêt. «J'ai été pris de terribles douleurs d'estomac, nous avait-il confié en 2016 dans l'intimité du vestiaire de l'Ilfis. Comme j'étais sous anti-inflammatoires après une opération, je pense que cela peut expliquer un peu cet épisode. Mais pas totalement. Au bout du compte, on a dû m'enlever un bout des intestins. Cette intervention m'a fait perdre une douzaine de kilos dans les jours qui ont suivi.» La raison de cette virée aux urgences? À l'époque, il ne le savait pas.

«Déficience parasitaire aiguë»

Aujourd'hui, Philippe Seydoux en sait plus et a fait part de son état de santé par l'intermédiaire d'une lettre touchante. «Depuis près de quinze ans maintenant, j'observe une détérioration de mon état physique et mental. Il me devenait toujours plus difficile de répondre aux exigences de la vie de tous les jours, sans parler des impératifs liés à mon activité de sportif professionnel. Mes capacités de compensation ont, avec le temps, disparu tout ou partie.

«Grâce à un suivi médical poussé et inédit, je sais aujourd'hui ce qu'il en est: je suis touché, depuis des années, par une déficience parasitaire aiguë. Dans la foulée, j'ai également appris que si l'on peut se prémunir contre les virus et les bactéries en érigeant une barrière immunologique, ce n'est pas le cas avec les parasites. La nature ne prévoit pas une telle défense. Mon système immunitaire a, de ce fait, atteint ses limites. Ainsi, la lourde opération intestinale subie voilà cinq ans pour le traitement d'une diverticulite était en rapport direct avec mon état.»

«Reconstituer ma santé»

Cette saison, Philippe Seydoux n'a disputé que trois matches avec Langenthal, club où il a été prêté par les Kloten Flyers. Le dernier en date? Le 24 septembre à domicile contre Sierre. Depuis? Il se concentre sur lui-même et son état de santé. «Au clair désormais quant aux causes de mes problèmes, je vais tout entreprendre pour reconstituer ma santé. Après des années de doutes et d'incertitudes, le chemin qui s'ouvre à moi semble prometteur et réaliste, dans la perspective d'un recouvrement plein et entier de mes possibilités physiques.»

Poursuivra-t-il sa carrière? Pour l'heure, l'essentiel semble être ailleurs. Et c'est bien logique. «Il me reste désormais à consacrer toute mon attention et toute mon énergie à ce processus. Il faut du temps et de la patience pour suivre ces traitements intensifs et en garantir le succès.»

Ton opinion