Australie: Le meurtre d'un enfant indien risque de raviver les tensions
Actualisé

AustralieLe meurtre d'un enfant indien risque de raviver les tensions

La police australienne a lancé une enquête pour meurtre vendredi après la découverte du corps d'un enfant indien de 3 ans à Melbourne, ce qui pourrait jeter un nouveau froid entre Canberra et New Delhi après une série d'attaques racistes.

Gurshan Singh, originaire du Pendjab, dans le nord de l'Inde, se trouvait depuis un mois et demi en Australie, où sa mère est étudiante.

Le Premier ministre de l'Etat de Victoria, John Brumby, a qualifié ce meurtre de «consternant», tout en exhortant la population à ne pas tirer de conclusions hâtives. «A ce stade, les causes de la mort ne sont pas connues», a-t-il dit.

Le petit garçon a disparu jeudi d'une maison de la banlieue de Melbourne pendant que sa mère prenait une douche. Son corps a été retrouvé six heures plus tard à 30 km, sur le bord d'une route, non loin de l'aéroport.

Ce drame intervient alors que le ministre des Affaires étrangères australien, Stephen Smith, tente d'apaiser les relations avec l'Inde, après une série d'attaques racistes en Australie à l'encontre de membres de la communauté indienne.

Plusieurs centaines de ressortissants indiens, dont environ 100.000 font des études en Australie, ont été la cible depuis 18 mois d'agressions ou de vols. Ces violences ont culminé en janvier avec le meurtre à Melbourne d'un jeune homme de 21 ans, tué alors qu'il se rendait à son travail, dans un restaurant.

Depuis quelques mois, de nombreux hauts responsables australiens se rendent en Inde, alors que les deux pays entretiennent d'importantes relations commerciales, dans l'espoir de calmer la colère des autorités indiennes face à ces violences.

Jeudi, Stephen Smith a été reçu par le Premier ministre indien, Manmohan Singh, l'assurant que Canberra prenait «très au sérieux la question de la sécurité des étudiants indiens».

Il a reconnu que certaines de ces agressions étaient «racistes», après les dénégations de responsables politiques et de la police. (afp)

Ton opinion